Bienvenue sur jacquespelissard.fr
Retour accueil

A Lons et dans le Jura

> Bienvenue à Margaux !

Bienvenue à cette superbe œuvre, "Margaux", réalisée par l'artiste de rue Don Mateo !

J'ai félicité Don Mateo pour la qualité de son œuvre qui ouvre le passage vers la Médiathèque Cinéma 4C Lons-le-Saunier par une symbolique forte : celle d'une enfant au regard volontaire, tourné vers l'avenir.

J'ai bien évidemment souligné le succès et les réalisations de l'association ARCO, association pour la promotion de l’art Contemporain, dont nous avons fêté les 30 ans.

Créée en 1987 à l’initiative d’un cardiologue de l’hôpital de Lons, le docteur Jean-Daniel Berthou, ses oeuvres égayent Lons-le-Saunier et son hôpital.
Vous pouvez trouver les sculptures réalisées par les artistes lyonnais Erutti et Lovato à l’hôpital de Lons ;
- « Echange »accueille les visiteurs du bâtiment A au bureau des entrées.
- « Signeécoute » se trouve dans les jardins du Centre de moyens et longs séjours.

En 1997, pour les 10 ans de l’association, une nouvelle toile a été exposée dans l’enceinte de l’hôpital, au Centre de moyens et longs séjours : « labytinthe pivoine », œuvre du franc-comtois Charles Belle.

Bravo à ARCO et à sa Présidente Yvette Py !

 

> Assemblée générale de l'Amicale Laïque Lédonienne

J'ai tenu à être présent aux 70 ans de l'Amicale Laïque Lédonienne, association emblématique de Lons et de notre bassin de vie.


Ce sont les hommes et les femmes qui donnent de leur temps, qui s'impliquent dans la vie associative, qui permettent de réaliser tant de choses et de créer la cohésion sociale qui unit les bénévoles, le public et les sportifs, parfois même la liesse, comme lors de cette soirée mémorable du 8 avril 2017, qui a vu l'ALL Basket gagner son ticket pour la Nationale 2 !


J'ai tenu à rendre un hommage particulier aux dirigeants, dont Serge Bey, présent dans la salle, et le Président Jean-Pascal Jacob, que j'apprécie, avec sa rigueur de caractère !

Ce sont aussi des valeurs qui nous rassemblent ; l'ALL est essentielle pour les valeurs qu'elle véhicule, dont la Laïcité, qui permet d'évacuer le communautarisme, elle est le ciment des valeurs républicaines que nous partageons.

 

Plus prosaïquement, j'ai rappelé que la Ville est toujours aux côtés de l'Amicale.
J'ai rappelé les investissements effectués dans les bâtiments, mais aussi la somme des subventions versées ; depuis 2006, plus de 520 000€ ont été versées pour le fonctionnement de l'association, sans compter les subventions exceptionnelles pour soutenir les diverses manifestations.

 

Je regrette l'opportunité manquée de la construction d'un siège aux Rochettes, dont nous ne sommes pas parvenus à boucler le plan de financement.
L'ALL a souhaitait contribuer, la Ville l'a assurée de son soutien, mais la majorité précédente du Conseil Départemental avait beaucoup promis et n'a pas tenu.
Si le Département avait alors assumé sa part, les travaux seraient terminé aujourd'hui et l'ALL bénéficierait d'un nouveau sièges aux normes environnementales, thermiques, électriques...et je dirais même aquatiques...
J'ai tenu moi-même à assurer que la Ville demeurera un partenaire loyal mais responsable et j'espère que nous parviendrons à un montage associant l'ensemble des parties prenantes ; région, département, ALL et bien sûr la Ville.

 

En attendant, je souhaite un joyeux anniversaire et beaucoup de succès à l'Amicale Laïque Lédonienne !

 

> Le Ministère de l'Ecologie consacre un reportage au modèle lédonien de préservation de l'eau !

Merci au Ministère de la Transition écologique et solidaire qui consacre un reportage au modèle lédonien de préservation de l'eau !

 

Une politique emblématique qui a fait de Lons une ville pionnière et l'a érigée en modèle national, comme le montre cette vidéo.

 

Une approche partenariale avec les agriculteurs, que nous avons accompagné et qui ont été les acteurs de cette politique.

 

Une action dont je suis particulièrement fier, qui bénéficie aux Lédoniens au quotidien, ainsi qu'à notre environnement !

 

> Juraparc : pas de temps mort !

Depuis l’incendie criminel du bâtiment, le 13 mai 2015, les Services de la Ville ont mis les bouchées doubles pour que Juraparc puisse revivre.

Après l’enquête judiciaire, l’expertise de l’assurance et la réhabilitation de la partie avant (mezzanine et hall Revermont) pour une remise en service rapide dès l’automne 2015, la phase de conception du nouveau Juraparc a pu démarrer.

Je tiens à dire que ce dossier n’a connu aucun temps mort et qu'une disponibilité maximale a été et est toujours préservée pour les divers événements organisés dans ce lieu emblématique de Lons.

L’indisponibilité de la mezzanine et du hall Revermont sera contenue entre juin et août 2018 et, ponctuellement, quatre jours mois, hors week-ends, entre janvier et mai 2018 afin d’en améliorer grandement l’isolation et l’éclairage.

 

Un bref rappel historique :
- 13 mai 2015 – Incendie

- 25 avril 2016 : le Conseil municipal décide le lancement d'une consultation pour l'attribution d'un marché global de performance pour la conception, la réalisation et la maintenance technique du bâtiment
- 17 juin 2016 : après appel public à la concurrence, 3 candidats sont sélectionnés par le jury
Juillet-novembre 2016 : dialogue compétitif
- 19 décembre 2016 : offre finale des trois candidats
- 23 janvier 2017 : le conseil municipal prend la décision de retenir l'offre du groupement Eiffage Construction/ AAGroup (architecte)/Engie Coffely (maintenance)/Cetec (bureau d'études fluides et énergie)/ Teckicea (bureau d'études structures bois).

Ce choix inédit, dans la région, d'un tel type de marché qui associe toutes les parties prenantes de la conception à la maintenance a permis un gain de temps important pour un tel chantier, gain final que l'on peut estimer à un an !

- 20 Février 2017 : notification du marché

- Juillet – Août 2017 : Démolition
- 15 septembre 2017 : Début de la pose des pieux de fondations

Calendrier prévisionnel :
- Septembre – Décembre 2017 : Gros œuvre
- Fin décembre 2017 – Janvier 2018 : pose de la charpente
- Fin octobre 2018 : Réception des travaux

 

Le calendrier est actuellement tenu !

 

Ce Juraparc du XXIe siècle sera un outil moderne, modulable, et économe en énergie (voir les détails chiffrés plus bas).

 

113 pieux viennent d'être coulés entre 10 et 14 mètres de profondeur, ils supporteront la construction.
Viendra ensuite une étape destinée à amener les différents réseaux puis d'ici 3 semaines-un mois, les murs préconstruits seront amenés par camions pour être mis en place.

Ce sera sans doute la phase la plus spectaculaire avec la pose de la charpente (350 m3 de bois de la région) qui prévue en janvier.

 

Le second oeuvre est programmé ensuite jusqu'à l'été période où l'ancien bâtiment conservé (Hall Revermont et mezzanine) sera réhabilité.


Enfin, ce n'est pas un moindre aspect, Juraparc est un chantier qui donne de l'activité aux entreprises locales et régionales, ainsi que l'a confirmé M. Tence, les entreprises sous-traitantes seront majoritairement jurassiennes et franc-comtoises.

 

JURAPARC EN QUELQUES CHIFFRES
* 6000 m2 soit 500 de plus que le précédent bâtiment
* Un budget de 7,68 M€ (hors aménagement intérieur type gradins)
* 1er marché de type Conception-Réalisation-Exploitation-Maintenance (CREM) de la région
* 1er chantier utilisant la technologie BIM (Building Information Modeling) en Bourgogne/Franche-Comté
* Salle Lacuzon avec plusieurs configurations : 5100 spectateurs debout ou 2500 assis (dont 1000 en gradins) pour les spectacles, 200 stands pour les salons, forums ou foires.
* Gain de 29% sur la consommation d'énergie
* Emissions de gaz à effet de serre divisé par 3
* Un système de pompe à chaleur air-air pouvant renouveler 30 000 m3 à l'heure
* Juraparc bénéficie du soutien financier de l'État, de la Région, de l'Europe (Feder).

La participation du département a également été sollicitée pour ce futur parc des expositions.

 

> Dernière séance du Conseil Municipal des enfants

En 2012, j'ai décidé de créer ce Conseil Municipal des Enfants, composé de 24 jeunes élus, afin de représenter la jeunesse.


Calqué sur l'année scolaire, le CME s'est donc réuni une dernière fois avec son maire Matis Ganne qui abandonnera l'écharpe tricolore la rentrée.


Le conseil municipal des enfants est géré par le service Enseignement de la Ville, dirigé par Christine Paillot-Michaud, avec la collaboration de Emmanuelle Joussen et sous l'autorité de Jean-Marc Vauchez, conseiller déléguée charges des affaires scolaires.
Il mobilise 5 encadrants passionnés par leur mission : Delphine, Sabrina, Flora, Laure et Mathieu.


Vendredi 23 juin, pour cette dernière séance avant les vacances, j'ai rendu visite aux enfants en leur apportant quelques conseils et encouragements.
"J'ai pu constater la bonne qualité des élus municipaux que vous êtes.

Être élu c'est d'abord prendre en compte l'intérêt général et voir le long terme", leur ais-je rappelé.


Ce lien s'est renforcé cette année, lorsque j'ai convié le conseil municipal des enfants à venir à Paris visiter l'Assemblée Nationale.

J'ai été sidéré, à cette occasion, par leurs questions qui étaient toutes pertinentes !


J'ai eu le bonheur de recevoir de leur part une boîte de chocolats et un album de photos de cette visite.


Pour son dernier conseil, Matis Ganne le maire des enfants a fait un discours en forme de bilan moral :

"Je suis très heureux d'avoir été le maire du CME, c'est un mandat qui apporte des souvenirs que peu d'enfants peuvent avoir ! "
Comme Matis, sa suppléante Stella a également participé aux manifestations et cérémonies pour représenter le conseil des jeunes élus dans la cité.


Trois commissions (environnement, culture et sport) ont occupé les travaux des enfants élus avec pas mal de temps forts comme la visite aux personnes âgées d'Édilys, la participation aux 10 ans du centre nautique Aqua'ReL ou encore la sortie d'un plan ludique de la ville baptisé

"La carte du P'tit Lons" qui sera bientôt distribuée aux enfants de la Ville.

Ce conseil municipal des enfants était aussi le dernier pour Christine Paillot-Michaud qui prend désormais la responsabilité du service Animation de la Ville.

 

> Une exposition d'intérêt national au musée de Lons-le-Saunier !

J'ai inauguré l'exposition d'intérêt national "Bric-à-brac pour les dieux ?", que vous pouvez découvrir dès aujourd'hui au Musée de Lons-le-Saunier.

 

Cest la première fois que le musée d'archéologie présente une exposition reconnue d'intérêt national par le ministère de la Culture.

 

Quatre expositions seulement sont labellisées expositions d’intérêt national par le ministère dans la région Bourgogne Franche-Comté.

 

Du fait de cette reconnaissance, l’exposition est destinée à voyager dans plusieurs musées nationaux, voire au-delà des frontières.


Cette exposition a été permise par la politique d’engagement constant de la Ville aux côtés du musée : son budget finance, chaque année, l'acquisition et la restauration de nombreux artefacts archéologiques et d'oeuvres dart, en vue denrichir les collections permanentes et de bâtir des expositions temporaires : en témoigne, pour cette exposition, le dépôt de vaisselle d'Évans, composé de 49 récipients en tôles de bronze empilés.
Ce service, exceptionnel en raison du nombre de pièces et de la rareté des dépôts de vaisselle de l'âge du Bronze en France, a été acquis en 1998, et récemment restauré.

 

En plus de la richesse des collections permanentes du musée, doit être saluée la formidable capacité de M. Jean-Luc MORDEFROID et de Mme Sylvie JURIETTI, commissaire de l'exposition, à obtenir en prêt de nombreuses pièces rares venues de nombreux musées, ainsi du dépôt de Larnaud, conservé dans les collections du Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye (représenté par Mme Catherine LOUBOUTIN, conservatrice du musée), ou des deux cuirasses de Véria, réunies pour la première fois ici depuis leur découverte au XIXe siècle (l'une fait partie des réserves du musée du Louvres, l'autre est exposée au musée de l'Armée).


Il faut aussi souligner la volonté de rendre cette exposition portant sur une période méconnue, ignorée des programmes scolaires, accessibles à tous les publics grâce à une muséographie remarquable : la mise en contexte, la pédagogie des explications, la qualité des illustrations contribuent à donner vie à cette époque lointaine.

Un effort particulier a été réalisé en direction des scolaires.
Des visites thématiques seront organisées à l'attention des lycées.

 

Au total, cette exposition témoigne autant de la richesse du patrimoine jurassien d'antan que de la vitalité culturelle de notre ville et de notre département aujourd'hui (les vitrines d'exposition mêmes sont de fabrication locale).

 

> La campagne de Cyrille Brero est lancée !

J’étais aux côtés de Cyrille Brero pour lancer sa campagne, à l'inauguration de sa permanence au 1 rue Pasteur, ainsi qu'à la conférence de presse présentant sa candidature.
Cyrille Brero, c’est moi qui lui ai demandé de devenir mon assistant lorsqu’il exerçait en tant que chef d’information dans le quotidien local.
Dès 2012, je savais en effet que je devrais trouver un successeur pour représenter la 1ère circonscription du Jura à l’Assemblée Nationale pour assurer le renouvellement générationnel.
Cyrille montrait d’évidentes qualités humaines pour ces fonctions, conjuguées à la justesse de sa plume et à la pertinence de ses analyses.
Pendant 4 ans, je l’ai formé à mes côtés, je lui ai enseigné les rouages de l’administration, la culture juridique que requiert la fonction de député, chargé d’écrire la loi, et je l’ai vu s’épanouir.
Il a été un assistant efficace, énergique, enthousiaste et proche des gens.
J’ai été témoin de son envie d’aider chaque personne rencontrant un problème ou ayant un projet, qui sollicitait une écoute, un appui, un conseil.
Chaque fois, je l’ai vu s’impliquer avec toute sa pugnacité et sa force de conviction.
Cyrille sera un député proche de son territoire, proche de ses habitants et en capacité de servir ce morceau de France que nous aimons passionnément.
Aujourd’hui, je vous demande de lui faire confiance, comme vous m’avez fait confiance, depuis bientôt 24 ans, car il le mérite !

 


> Rencontre des Villes Amies des Enfants à Lons-le-Saunier

J'ai donné le coup d'envoi de la rencontre régionale des Villes amies des enfants à Lons-le-Saunier, dans notre magnifique Parc des Bains !
Au cours cette journée co-organisée avec l'UNICEF, 220 enfants, représentant 11 villes de la région Franche-Comté, ont pu faire connaissance autour d'un panel d'activités pédagogiques, éducatives et ludiques.

L’ensemble des activités a été décliné autour de la thématique de la citoyenneté des enfants et des jeunes dans la cité autour des pôles suivants : activités Scientifiques et techniques, alimentation, citoyenneté droits et devoirs, culture, sports, environnement et développement durable, en relation permanente avec les droits de l’enfant.

La ville de Lons-le-Saunier a depuis plusieurs années ce label, créée en 2002 par l’UNICEF France et l’Association des maires de France, que j’ai eu l’honneur de Présider de 2004 à 2014.
Cette reconnaissance couronne le travail, l’implication et le souci que les élus et les agents de notre collectivité déclinent, au quotidien, pour le bien être de l’enfant, ses conditions de vie et le respect de ses droits.

J'ai rappelé l'ensemble des actions de la Ville qui se situent dans cette perspective.
Dans chaque décision publique que nous prenons, l’intérêt de l’enfant est en effet pris en compte.

Le réseau "Villes amies des enfants" compte 222 membres, où vivent au total douze millions d’habitants dont deux millions d’enfants.

 

> Je soutiens la candidature de François Fillon !

Je réaffirme mon soutien à la candidature de François Fillon.
Je rappelle le bilan désastreux de François Hollande et de celui qui fut son conseiller, son secrétaire général à l'Elysée, puis son ministre de l'économie, Emmanuel Macron.
Les impôts ont augmenté, la dette a augmenté, le chômage, lui aussi, a augmenté.
Emmanuel Macron change d'avis comme de chemise et s'adapte à son auditoire sur tous les sujets.
Plus que jamais, dans un monde instable, face à un Trump ou à un Poutine, nous avons besoin d'un vrai président, qui assume toutes ses responsabilités et qui n'ait qu'une parole.
Quelqu'un de compétent, d'expérimenté, qui ait une majorité stable.
C'est François Fillon !
A ses côtés, je compte sur les candidats solides que sont Marie-Christine Dalloz, Jean-Marie Sermier et mon ancien assistant et ami, Cyrille Brero, pour porter les dossiers du Jura à l'Assemblée Nationale.

 


> Inauguration du FabLab Ledonova

Juridiquement créé en mai 2016, Ledonova le FabLab du Jura a été inauguré lundi 3 avril 2017 dans les locaux de la Maison de l'emploi Lons le saunier Champagnole où il occupe un demi-sous sol avec ses premières machines.
J'ai rappelé qu'il était indispensable de préparer les citoyens aux technologies et aux métiers de demain.

Ce sera le cas avec ce laboratoire de fabrication numérique installé dans ce lieu symbolique ; la Maison de l'Emploi, qui accompagne efficacement les entreprises sur le territoire.
La Ville de Lons et ECLA ont accompagné en encouragé la naissance de Ledonova.
Le fonds de dotation territorial Fond'avenir, présidé par Loïc Torandell, créé lui aussi en mai 2016, s'est également donné pour premier rôle de soutenir le FabLab.

Enfin, les dirigeants du groupe Magellan, Dominique Mégard et Hervé Mosimann, ont remis symboliquement leur chèque de soutien de 15 000 euros via Fond'Action.
Quatorze entités dont douze entreprises abondent à ce fonds de dotation territorial décidé à dynamiser les actions porteuses qui ont du sens.

 


> Inauguration Maison Commune - Espace Mouillères-salle l'Ellipse

Plus d'un million d'euros ont été investis dans la rénovation de la Maison Commune - Espace Mouillères pour mettre le bâtiment aux normes environnementales et d'accessibilité et en faire un lieu à nouveau accueillant et agréable.

La gestion commune des deux sites ; Marjorie et Mouillères par l'association maison commune permet de réaliser la mutualisation des fonctions support (personnel, comptabilité, secrétariat), souhaitée de longue date par la municipalité et le Député-Maire Jacques Pélissard, et d'atteindre ainsi une meilleure efficacité d'ensemble, sous l'égide du directeur Michel Ganneval.

Sur le site de l'Espace Mouillères, trois partenaires s'associent dans cette nouvelle ruche culturelle :
- la Ville, propriétaire du bâtiment, qui a assuré la maîtrise d'ouvrage de la rénovation, qui chauffe les locaux, les entretien et délègue la gestion de l'ensemble ;
- L'association Maison commune, qui assure la gestion globale des activités, notamment sociales ; centre de loisirs, soutien scolaire, aide à l’insertion, aide aux familles,…
- l'association Musik Ap'Passionato, qui organise le Festival Vocal Le Fruit des Voix depuis plusieurs années et détient un véritable savoir-faire pour réunir les personnes, par-delà les origines, les milieux sociaux et les cultures.
A leurs côtés, une floraison d'associations (un vingtaine), qui œuvrent dans les domaines culturel, artistique, sportif et de bien-être font vivre ce lieu.

J'ai tenu à souligner l'importance de rassembler pour mutualiser, pour fédérer, des partenaires de cultures et de compétences diverses, unis par leurs passions, pour être plus efficaces ensemble.

Pour toutes les parties prenantes, il s'agit d'associer un volet culturel avec le projet social d'ensemble.
L'Espace Mouillères est un lieu de décloisonnement, de dédoublement des activités de la Maison Commune, il permet également de développer et d'intensifier les actions avec les personnes âgées et de rapprocher le quartier des Mouillères du centre-ville.

Comme l'a rappelé Annik Meschinet, directrice de Musik Ap'Passionato, L'Ellipse est un exemple rare de salle de spectacle au sein d'un ensemble social.
13 représentations ont déjà été organisées depuis la réouverture du lieu, fin septembre, pour 1005 spectateurs !

 


> Lancement des RDV de l'Aventure 2017

J'ai inauguré la deuxième édition du festival Les RDV de l'Aventure à Lons le Saunier 39.
Le public vient de tout le grand est à Lons pour cet événement, découvrir la sélection de 18 films proposée sur les écrans du Megarama et de la Médiathèque-Cinéma des Cordeliers.


Cette année, le parrain du festival est un Lédonien au parcours exceptionnel : François Bernard ; l’un des sept Hommes au monde à avoir réussi le challenge des Trois Pôles : l’ascension de l’Everest, le Pôle Nord en autonomie depuis la terre et le Pôle Sud en autonomie depuis la mer. De même, ils ne sont que trois à avoir gravi le plus haut volcan de chaque continent et il est l’unique détenteur de tous ces challenges réunis !
J'ai connu François Bernard avant de le rencontrer, puisqu'il m'envoyait très gentiment des images de ses voyages au bout du monde en Mairie de Lons !
Il est aussi l'inspirateur du projet ATKA - Un voilier au service des rêves arctiques, que vous pourrez découvrir tout au long du festival en visitant l'exposition au CarCom.


Grâce à leur énergie, à leur compétence et à leur passion communicative, Marion et Virgile Charlot sont parvenus à associer de nombreux partenaires, dont le conseil départemental cette année, et font souffler le vent de l'aventure sur tout le territoire lédonien !


La ville a fait un acte de foi lors de la première édition, mon adjoint à la Culture, Jean-Philippe Huelin et Cyrille Brero, conseiller municipal et départemental, ont beaucoup oeuvré en ce sens et nous pouvons tous nous féliciter de ce très beau succès !


Enfin, j'ai témoigné de ce que signifie pour moi l'aventure ; la force mentale face à la nature, la volonté dépassant les calculs qui nous conduiraient à renoncer face à la somme des risques et des incertitudes.


Excellent week-end à tous, n'hésitez pas à profiter de ce riche programme, et que vivent les RDV de l'aventure, à Lons-le-Saunier !

 

> L'Internet à très haut débit arrive à Lons !

J'ai inauguré le la première armoire optique de Lons, marquant l'arrivée du très haut débit sur notre territoire !

 

Ce premier lot, représente 27% des logements de la ville.
Il comprend, d’une part, les quartiers des Pendants, du lycée Jean-Michel, du Solvan, ainsi que de la partie nord de la Marjorie et, d’autre part, toute la partie au sud de la voie ferrée, des Peroseys aux Toupes.

 

Cette nouvelle technologie permettra progressivement à tous de bénéficier d'un accès internet du XXIème siècle,
qui offrira des débits 30 fois plus rapides que l'ADSL,
qui permettra de recevoir la télévision haute définition, puis ultra haute définition,
dont le débit est symétrique ; aussi rapide pour télécharger que pour mettre en ligne des photos, films, etc)
et constants quelle que soit la distance de la ligne vous séparant du nœud de raccordement.

 

Lons-le-Saunier sera ainsi dotée d'un réseau pérenne, adapté aux besoins des acteurs économiques et paré pour les nouveaux usages numériques qui émergeront au cours des années à venir, comme la télémédecine, la téléprésence, ou encore la réalité virtuelle !

 

http://www.lonslesaunier.fr/tres-haut-debit-arrive-a-lons/

 

> Trophées des Maires du Jura : le Restaurant municipal de Lons le Saunier primé !

Entente Bio est le groupement de producteurs qui organise la filière bio née de la volonté de la Ville de Lons de créer une offre avec la production de la cuisine centrale qui a produit 1 280 000 repas en 2016.
Il y a 27 ans, lorsqu'avec Jacques Lançon nous avons initié l'idée de protéger le périmètre de captage des eaux de Lons-le-Saunier en convainquant les agriculteurs concernés de passer en bio, un partenariat fécond s'est constitué comme je l'ai rappelé lors de la conférence de presse organisée vendredi au restaurant municipal par Entente Bio et son président Francis Charrière.
A partir de 2009, les maraichers les ont rejoint, ils disposent aujourd'hui d'une plateforme de livraison avec la légumerie bio inaugurée en 2015.
Cette initiative d'abord lancée par la puissance publique a eu pour effet de développer une filière bio et locale de 40 éleveurs, 8 maraichers, sans compter les 68 employés de la cuisine centrale dirigée par Didier Thévenet
"Le bio c'est bien mais la proximité c'est une nécessité !"
Bio et locale, la filière constituée autour de cette plateforme de production qu'est la cuisine centrale, est aujourd'hui citée en exemple dans toute la France et visitée en permanence par de nombreuses collectivités qui aimeraient s'en inspirer.
Car aujourd'hui, dans les assiettes lédoniennes produites sur le site 30% de bio c'est déjà beaucoup plus que la loi ne va l'imposer à partir de 2020 (20%).

La cuisine centrale dispose d'un budget e 5,5 millions en autofinancement.
"Elle ne coûte pas un euro aux Lédoniens" insiste Didier Thévenet.
Au contraire, elle encourage l'économie locale avec une partie non négligeables de ses achats qui représentent en volume annuel 110 000 kg de légumes, 180 bêtes 250 000 pains, 8 tonnes de farine, 160 000 yaourts...

"Cela fait 32 ans que je travaille dans le bio, a rapporté Francis Charrière, et il m'a fallu souvent forcer des portes.
Ici existe une volonté politique d'encourager la production.
Nous avons de la chance : c'est très très rare !"

"Il y a eu aussi une interface avec le professionnalisme de la cuisine centrale et de son directeur."
En effet, il a fallu s'adapter pour éviter le piège -dans lequel beaucoup tombent- du surcoût à l'achat mais en trouvant des solutions techniques, adaptée à chaque produit, l'écueil a été évité et le prix de revient d'un repas à dominante bio n'est au final pas plus cher qu'un repas conventionnel.
Une sacrée démonstration, porteuse d'activité économique elle aussi durable.

C'est ce modèle innovant et ancré dans son territoire qui est récompensé par le Trophées des Maires du développement économique, que j'ai eu l'honneur de recevoir !


> Lors de mes voeux parlementaires, mes amis, ma famille, mes proches m'ont préparé une vidéo surprise...

> Le secrétaire d'Etat au Budget était à Lons pour une première nationale !

Le Secrétaire d'État au Budget et aux Comptes Publics a passé quelques heures à Lons pour ratifier la convention visant à la mise en place d'un service facturier commun entre cinq collectivités locales* et l'État (SFACT).

L'enjeu, un gain de temps une rationalisation des coût et une efficacité accrue.

Une démarche a été initiée conjointement par la Direction des Finances Publiques, la Trésorerie de Lons et le service Finances Ville/ECLA, ces deux derniers étant les partenaires opérationnels.

Ce service est chargé, notamment, de recevoir les factures des fournisseurs et de procéder à leur règlement après contrôle. L'opération sera ainsi simplifiée et gagnera en efficacité, les deux services Ville et État effectuant auparavant à peu près les mêmes contrôles.

À Lons, la mutualisation on connait et on la pratique depuis longtemps.

On ne cesse d'innover en la matière, comme je l'ai rappelé en accueillant Christian Eckert lundi 6 février. Cette idée fait partie de l'ADN de la Ville, depuis la politique environnementale globale jusqu'à celle qui participe du fonctionnement de la collectivité et qui a décidé depuis 2002 de créer une Direction Générale des Services transversale entre la Ville et la Communauté d'Agglomération.

Aujourd'hui, la plupart des services sont mutualisés, le service Finances étant l'exemple du jour.

Le Secrétaire d'État a annoncé que son déplacement dans la préfecture du Jura coïncidait avec la mise en place du premier service facturier de ce genre en France, avant même celui de Paris.
Cela se traduira dans le Jura par la mise à disposition fonctionnelle d'un personnel extérieur à l'État (en l'occurrence deux agents du service finances Ville-ECLA) qui seront physiquement installées dans les locaux de la Trésorerie Principale où Christian Eckert s'est ensuite rendu pour écouter Philippe Gremet, le directeur du service Finances Ville-ECLA présenter l'articulation de ce service novateur.

Avant qu'il ne regagne Paris, j'ai remis au Secrétaire d'État quelques bouteilles de vin du Jura (vin jaune et Clos Rouget de Lisle). "Le vin jaune, je connais, j'ai une bouteille de 1956 mon année de naissance !" a-t-il indiqué tout en paraphant le livre d'or de la Ville.

*Les signataires pour l'État :
MM Christian Eckert (Secrétaire d'État au Budget et aux Comptes Publics), Richard Vignon (Préfet du Jura), Denis Giroudet (Directeur Départemental des Finances Publiques), Pierre Haab (Comptable Public).
Pour les 5 collectivités :
MM Jacques Pélissard, (Député-Maire de Lons-le-Saunier), Maurice Gallet (1er vice-président d’ECLA), Jean-Louis Maître (vice-président du Pays Lédonien), Christophe Bois (vice-président du CCAS) et Olivier Perrin (comité syndical pour la Gestion de la Cuisine Centrale).

 

> J'accueille le Secrétaire d'Etat au Budget à Lons pour une Première Nationale

Lundi 6 février, j'accueillerai à l’Hôtel de Ville M. Christian Eckert.

Le Secrétaire d’État chargé du Budget et des Comptes Publics, viendra signer l’accord qui officialisera la mise en place d'un service facturier commun entre la Trésorerie Principale de Lons et cinq collectivités ou entités locales (la Ville de Lons, ECLA, le Pôle d’Équilibre Territorial et Rural du Pays Lédonien, le CCAS et le Syndicat Mixte de la cuisine centrale).

Ce centre de traitement unique des factures est composé de fonctionnaires de la Trésorerie et du service Finances mutualisé Ville/ECLA.

Il permettra d’éviter les doubles contrôles et facilitera ainsi leur traitement.
Ce centre, basé à la Trésorerie rue Désiré Monnier, est le premier à fonctionner en France.
La signature des documents fondateurs aura lieu dans la salle du Conseil Municipal à l’Hôtel de Ville et d’Agglomération en présence des représentants des collectivités et organismes concernés.

Le Secrétaire d’État ira ensuite rendre visite au service facturier ainsi créé.

 

https://www.facebook.com/events/117805978735403/?fref=ts

> Voeux parlementaires 2017

Chers amis, j'ai adressé hier mes vœux parlementaires pour 2017 à mes collègues élus, ils étaient plus de 700 à être venus partager ce moment..
Ce fut l'occasion pour moi de revenir sur mon activité de député du Jura depuis ma première élection en 1993.
Trois domaines ont particulièrement concentré mes efforts :
- l'environnement, naturellement, j'ai obtenu quelques avancées législatives dont je suis particulièrement heureux, telle que la responsabilité élargie du producteur. Auparavant, les collectivité locales prenaient intégralement à leur charge le traitement des déchets. J'ai obtenu que les producteurs contribuent au recyclage ou à l'élimination de leurs déchets par une taxe qui a permis de donner naissance à Eco-Emballages, que vous connaissez tous et que j'ai présidé pendant 12 ans.
- les collectivités locales ; j'ai eu le bonheur de présider l'Association des Maires de France pendant 10 ans, je crois avoir permis de renforcer son poids en tant qu'association représentative du bloc communal ; communes et intercommunalités, auquel je crois profondément. J'ai ainsi pu travailler avec nombre d'élus locaux, passionnément impliqués dans la vie de leur territoire et pour le bien commun, transcendant les clivages partisans.
Là aussi vous connaissez tous la Loi du 16 mars 2015 relative à l'amélioration du régime de la commune nouvelle, pour des communes fortes et vivantes, que j'ai initiée.
Je suis fier de voir que plus de 500 communes ont déjà eu recours à cet outil législatif pour se rapprocher au 1er janvier 2017.
- les finances enfin ; dans le débat sur la suppression de la taxe professionnelle, j'ai porté ma conviction vis-à-vis du gouvernement, le président était alors de ma majorité. Nous ne bénéficiions pas, à l’origine, d’un seul centime de cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE). Sous l’égide de l’AMF, nous sommes passés de 0 % à 26,5 % de part de la CVAE. Nous avons gardé la cotisation foncière des entreprises et la partie taxe d’habitation a échu en totalité au bloc local. A la sortie, nous avons conservé un certain pouvoir fiscal, ce que d’autres niveaux territoriaux n’ont malheureusement plus.

Toutes ces actions n'auraient pas été possibles sans le soutien de mes collègues, amis, soutiens et bénévoles de mes collaborateurs et bien sûr de ma famille. Sans eux, sans vous, je ne suis rien !
Cette vie, pour passionnante qu'elle soit, demande aussi quelques sacrifices, souvent comptés en temps personnel et familial.
J'ai raconté hier cette anecdote ; j'avais pris l'engagement auprès de mon épouse et de mes enfants de leur réserver le dimanche après-midi et si je portais encore la cravate le dimanche à midi précise, ils pouvaient me la couper. Je me suis globalement bien tenu à cette astreinte...sauf une fois, où il m'ont effectivement coupé la cravate, sans sommation !

Après cette soirée remplie d'émotions mêlées, je peux dire que je me prépare à laisser cette fonction de député avec une vraie satisfaction du devoir accompli.
Merci à tous !

 

> Voici le nouveau Juraparc !

La majorité municipale a voté lundi 23 janvier le projet de reconstruction de Juraparc.

 

Depuis l'incendie criminel du bâtiment, le 13 mai 2015, les Services de la Ville ont mis les bouchées doubles pour que Juraparc puisse revivre. Ce dossier n'a connu aucun temps mort.
Après l'enquête judiciaire, l'expertise de l'assurance et la réhabilitation de la partie avant (mezzanine et hall Revermont) pour une remise en service rapide dès l'automne 2015, a pu démarrer la phase de conception du nouveau Juraparc.

Le 25 avril 2016, suite aux conclusions du bureau d'étude D2X qui concluait à la pertinence du lieu historique, et définissait les nouveaux besoins, le conseil municipal avait décidé la reconstruction de Juraparc et lancé une consultation pour l'attribution d'un marché global de performance pour la conception, la construction et la maintenance technique du bâtiment selon la procédure du dialogue compétitif.

À la suite d'un avis d'appel public à la concurrence européen, 3 candidats ont été sélectionnés par le jury le 17 juin dernier.
La dialogue compétitif a été mené de juillet à novembre 2016.
Les 3 candidats ont remis leur offre finale le 19 décembre 2016.

La commission d'appel d'offre sur proposition du jury a décidé le 9 janvier 2017 de retenir l'offre du groupement Eiffage Construction/AA Group/Engie Cofely/Cetec/Teckicea.

C'est ce projet qui a été présenté lundi aux élus lors d'un Conseil Municipal spécial.

 

Le projet que j'ai porté et présenté, détaillé par Bertrand Weigele, Directeur des Services Techniques, comporte de nombreux points forts :
- Une qualité d'isolation phonique, acoustique et thermique qui offre un gain énergétique remarquable : réduction de 29% du ratio de consommation, production de Gaz à Effet de Serre (GES) divisée par 3, grâce à un système de pompe à chaleur air-air pour la ventilation, chaudière gaz à condensation et éclairage LED.
- Une modularité totale avec la possibilité d'organisations dans 5 espaces différents (Mezzanine, hall Revermont, hall Lacuzon divisible en deux, salle annexe). Plusieurs configurations seront possibles pour le même espace Lacuzon : 1500 places en gradins + 1000 chaises au sol ou 200 stands ou 5000 places debout, pour des concerts par exemple.
Cette modularité est servie par des équipements qui permettent d'inclure un espace traiteur, à côté d'une salle annexe capable de recevoir 150 couverts, des loges, des sanitaires au nord et au sud, des espaces de stockage, un poste de secours ...
- Un gain de surface : de 5556 m2 avant incendie à 5943 dont un hall Lacuzon doté d'une surface utile augmentée et plus fonctionnelle.
- Une construction avec une charpente en lamellé-collé (certifié Jura).

Des aménagements seront effectués en complément.


L'entrée actuelle sera débarrassée des premières arches pour donner un parvis plus visible, plus lumineux.
L'entrée des piétons pourra s'effectuer par le sud, face à la zone Arc en Sel.
La partie préservée de l'incendie (Mezzanine et Revermont) sera sérieusement améliorée et rénovée, notamment en terme d'isolation et d'éclairage.

 

Le coût prévisionnel global de cette opération est de 7,68 M€ HT dont 516 166 € d'étude et de maîtrise d’œuvre, 784 868 € de rénovation de l'existant, 6,37 M€ de construction neuve.
À cela s'ajoute le montant de la maintenance sur 8 ans (536 000 €) et le montant du gros entretien et renouvellement (233 000 €), également sur 8 ans.
Ce projet est susceptible de recueillir des subventions, il a été annoncé hier soir que le Département s'engagerait pour un montant d'environ 5%.
La part de l'autofinancement porté par la ville est de 55% pour un peu plus de 4 M€.

 

Les élus de la majorité municipale ont voté pour ce projet phare pour l'attractivité de notre bassin de vie. Les membres de l'opposition, eux, se sont abstenus.

 

Livraison prévue : août 2018
Plus de détails sur
http://www.lonslesaunier.fr/cest-nouveau-juraparc/

 

> Voeux aux associations 2017

Dans mon discours aux associations, vendredi soir à Juraparc, j'ai tenu à rappeler le rôle essentiel des associations dans la ville et le dévouement des bénévoles, qui mettent une partie de leur temps personnel, de leur temps de loisir, de leur temps familial, au service d'une cause commune.
Ils sont, vous êtes, des coproducteurs de lien social, des coélaborateurs d'événements !
Et je tiens du fond du coeur à les en remercier chaleureusement.

J'ai tenu à leur dire, avec la démarche de vérité et de franchise à laquelle je tiens, que ce sont les efforts sur les dépenses de fonctionnement de la ville qui nous permettent ce niveau de soutien.
Nous refusons de subir la baisse des dotations qui nous est imposée par l'Etat (-3,2 millions d'euros depuis 4 ans, uniquement pour la ville de Lons) et en la matière, nous avons fait des efforts sur tous les plans ; mutualisations ville-agglomération, renégociation des intérêts d'emprunt, achats groupés, notamment de gaz, nous sommes parvenus à réduire de -6% ces dépenses au budget 2017.

En retour, les associations contribuent à l'épanouissement des personnes et à la notoriété de la ville, ce dont nous pouvons tous nous féliciter !

Dans un monde globalisé, porteur de risques de déchirures du tissu social, nous avons plus que jamais besoin d'espaces locaux et d'actions communes pour entretenir le lien social.
J'y suis particulièrement attentif.

 

J'ai également pu me féliciter du succès de deux événements majeurs pour la ville, qui n'auraient pas été possibles sans la vitalité du tissu associatif local : la 20ème Percée du Vin Jaune en février et le défi du 30ème Téléthon.
J'ai rappelé le soutien constant de la ville ; malgré la baisse des dotations d'Etat, qui s'aggrave chaque année (Lons-le-Saunier aura perçu - 3,2 millions d'euros sur 4 ans), la majorité municipale a souhaité que le budget consacré aux association soit sanctuarisé.
Les subventions exceptionnelles augmenteront même légèrement cette année.

Le soutien aux associations n'est pas seulement financier, il se matérialise aussi par le soutien des services de la ville ;
les services techniques, le service Fêtes et cérémonies, dirigé efficacement par Sébastien Maréchal, le service Communication, qui dispose aujourd'hui de toute une palette de vecteurs ; le site internet de la ville, la page facebook sur laquelle vous lisez ce message et qui approche les 5200 abonnés, bientôt s'ajouteront 4 panneaux lumineux de nouvelle génération, à ampoules LED et en couleurs qui permettront à la collectivité et aux associations de communiquer dans toute la ville.
Des moyens immobiliers également ; des travaux importants sont prévus cette année dans les salles de sports, la découvrabilité du Centre nautique Aqua'Rel sera proposée par Patrick Elvezi au nouveau conseil d'ECLA Agglomération.
Les anciens bâtiments des services techniques, rue du Levant, seront proposés à Prodessa, qui cherche à regrouper ses services administratifs départementaux sur un même site. Les travaux débuteront le 6 février.

La Maison commune accueille 34 associations sur deux sites ; 15 associations dans l'espace Marjorie et 19 dans l'espace Mouillères, ces lieux sont pensés pour être des creusets associatifs, irrigant leur quartier.

Le projet de reconstruction de Juraparc sera discuté lors du prochain conseil municipal du lundi 23 janvier 2017.
Les objectifs sont de proposer un nouveau bâtiment, plus grand (5000m²), polyvalent et modulaire, pouvant accueillir des événements sportifs, des spectacles, mais également des congrès, un bâtiment plus écologique également, avec une meilleure efficacité thermique.
Le forum des associations y retrouvera naturellement sa place !
La livraison du bâtiment est prévue pour septembre 2018.


Enfin, de nombreux événements sont d'ores et déjà prévus pour 2017 ; le Trail des reculées dès le 2 avril, attend 2500 participants, les Masters de trampoline au mois de mai, le Jumping International de Lons Le Saunier au mois de juin, mais aussi la Coupe de France de VTT ; 6 événements de ce type auront lieu cette année en Europe, dont celui-ci, à Lons-le-Saunier !

Sur le plan culturel, le festival du film d'Aventure Les RDV de l'Aventure lanceront leur deuxième édition le 16 mars prochain, après un lancement fort réussi en 2016 !
Nouveauté cette année : un camp de base place de la Liberté, nous aurons l'occasion d'y revenir...
Le Festival de musique du Haut-Jura ouvrira pour la première fois à Lons, Coeur de Boeuf proposera un festival des studios de répétition, et bien sûr le désormais bien connu Festival Vocal Le Fruit des Voix, mené par Musik Ap'Passionato et divers partenaires, la programmation de Les Scènes du Jura - Scène nationale, du Bœuf sur le Toit, etc...

 

Bonne année associative à Lons !

> Voeux 2017

En ce début d'année 2017, je tenais très sincèrement à vous adresser mes meilleurs voeux.

Pour vous et pour tous ceux que vous aimez.
J'ai une pensée, évidemment, très spéciale pour les habitants de Lons-le-Saunier, et du bassin de vie lédonien, pour qui j'oeuvre au quotidien - entouré d'élus mais aussi d'agents municipaux et communautaires qui ont toute mon estime - pour faire de notre Ville et de notre Agglomération un espace équipé, attractif, chaleureux et fraternel...
Quant à moi, vous le savez, 2017 sera une année spéciale...Je m'y prépare depuis longtemps.

Je suis apaisé et en parfaite harmonie avec mes choix.

Le mandat de maire de Lons-le-Saunier sera le dernier que je quitterai. Je ne sais pas encore quand.
Mais l'heure n'est pas à parler de moi, mais de Nous, de nous tous.

De l'unité qui nous rassemble à travers les valeurs de la République dont nous sommes si fiers, et que nous devons défendre par dessus tout.
J'associe donc à ces voeux de bonheur et de réussite notre Pays, la France.
2016 a été une année particulièrement difficile pour elle.

Qu'elle vive, c'est mon souhait le plus cher, une année de paix, de croissance et de véritable cohésion sociale.
Belle année à tous !

 


> Vote du budget 2017 de Lons-le-Saunier

La majorité municipale de Lons-le-Saunier a voté unanimement le budget 2017 de notre Ville d'un peu plus de 35 millions d'euros ( 35 058 000 euros précisement).

Celui-ci est basé sur trois points essentiels :

- une pression fiscale à nouveau SANS AUGMENTATION de la Ville des taux au profit des locataires et propriétaires. Sur Lons, les taux n'ont pas augmenté depuis que je suis maire, ils ont même baissé à cinq reprises !

- la maîtrise des dépenses de fonctionnement afin de maintenir un autofinancement positif malgré la baisse de la Dotation Globale de Fonctionnement, voulue par le Gouvernement, et qui impacte lourdement cette capacité d'autofinancement (moins 3 millions 395 000 d'euros en cumulé depuis 2014 pour la Ville)

- des investissements importants permettant le financement de nouveaux projets pour la Ville au bénéfice des quartiers et de la population dans des domaines complémentaires.

Grâce à ces efforts soutenus et à la recherche d'économies, la Ville de Lons-le-Saunier pourra réserver dans son budget 2017 une part importante à l'investissement de l'ordre de 8 500 000 euros !

Ainsi, l'année 2017 sera consacrée en majeure partie à la reconstruction de Juraparc et à la phase immobilière de la Maison de Santé pluridisciplinaire.

Enfin, alors que beaucoup de communes baissent ces budgets, le soutien aux associations de la Ville de Lons-le-Saunier sera maintenu à l'identique à 2016...Soit un total de 2 421 889 euros pour nos associations en 2017 - près de 7% du budget primitif -, signe de notre volonté municipalité forte de favoriser le lien social et le vivre-ensemble. Qu'il soit sportif, culturel ou encore social...


> Dénomination de l'école Paul-Emile Victor

L'école des Mouillères est devenue l'école Paul-Émile Victor !

 

Dès son plus jeune âge, l’âge des enfants de cette école, Paul-Émile Victor se plongeait déjà dans des récits d’aventures, de voyages, éveillant sa curiosité et stimulant son imaginaire, qui le portaient déjà vers la Polynésie et les Pôles.

 

Plus grand, à 27 ans, il organise sa première expédition polaire suite à sa rencontre avec un célèbre explorateur français : Jean-Baptiste CHARCOT. Il découvre alors le peuple inuits (les « esquimaux ») qui vit au Groënland et demeure une année entière auprès d’eux.

Pendant près de 30 ans, de 1947 à 1976, il dirigera les expéditions polaires françaises.

A partir de 1962, Paul-Émile Victor décide de s’engager pour la défense de l’Homme et de son environnement.

Il devient alors l’un des pionniers de ce que nous appelons aujourd’hui le développement durable.

 

Je l'avais reçu tout jeune Maire il y a 25 ans, en Mairie de Lons.
Nous avions apposé une plaque sur la maison où il avait grandi, à côté de l'usine de pipes créée par son père

Nous échangions des courriers, ou plutôt des petits dessins, qu'il m'adressait depuis son île de Polynésie

Sa fille, Daphné VICTOR, revient régulièrement à Lons-le-Saunier.
Elle a accepté, en début d’année, d’être la marraine de notre premier festival du film d’aventure « Les Rendez-vous de l’Aventure », dont la deuxième édition aura lieu en mars prochain.

 

Vivre ses rêves et préserver l'environnement ; tel est le parcours de vie de cet aventurier, dont les valeurs sont de belles et saines sources d’inspiration pour les générations qui s’éveilleront ici à la vie !

 

> Inauguration du groupe scolaire Bernard Clavel

Cette année, la Ville de Lons-le-Saunier a investi plus de 3 millions d’euros dans ses écoles pour 1250 enfants scolarisés.
Il faut dire que ce millésime 2016 est très particulier : on ne construit pas tous les ans une école.


Implanté dans le prolongement de l’école maternelle du Couchant le nouveau bâtiment baptisé « Groupe Scolaire Bernard Clavel » est un chantier aux allures de performance.
Performance dans les délais tout d’abord puisque ce bâtiment a été construit en 4 mois et demi, avec au passage un épisode d’intempéries en mai-juin rarement vécu.
Performance dans la conception, avec une école moderne, colorée et lumineuse.

Cette inauguration, en présence de l'épouse de Bernard Clavel, Madame Josette Pratte, est l'occasion de revenir sur la vie de ce fameux Lédonien, connu bien au-delà de nos frontières...

Bernard Clavel est né le 29 mai 1923, dans la maison familiale du 25 bis rue des Ecoles, d’un père boulanger et d’une mère fleuriste.
C’était une « maison sans livre », hormis un recueil de recettes et un traité de médecine.
Ne trouvant pas son épanouissement à l’école, il quitte Lons à 14 ans pour devenir apprenti pâtissier à Dole.
Deux ans plus tard, il reviendra travailler dans une pâtisserie lédonienne bien connue : « Au Prince d’Orange », depuis devenue la chocolaterie Pelen.

Il n'oubliera jamais ses origines modestes, ses « petits boulots » : bûcheron, lutteur de foire même !
De son premier métier de boulanger-pâtissier, il gardera l'habitude de se lever à l'aube pour travailler.

De son enfance et de ces expériences, cet « enraciné », comme il se décrivait lui-même, puisera la sève qui nourrira son œuvre.

De cette lutte pour pouvoir vivre de sa passion, de son parcours d’autodidacte et du regard, parfois condescendant, des premières critiques, il garde ce sentiment de révolte qui l’habitera toute sa vie.
Il refuse honneurs et distinctions, hormis le prix Goncourt qu’il reçoit en 1968 pour Les Fruits de l’hiver et sa nomination à l’Académie Goncourt en 1971, dont il démissionnera 6 ans plus tard.
Il déclinera l’invitation d’un de ses amis académiciens de présenter sa candidature à la chambre des immortels et refusera la Légion d’Honneur à trois reprises.

Ses amis le décrivent comme une personne simple, attachante, idéaliste et profondément humaine.
Une phrase le résumait : « Je serai toujours avec ceux qui prennent les bombes sur la gueule plutôt qu’avec ceux qui les lancent ».

Il était aussi un amoureux de nature, de grands espaces et des territoires dans lesquels il s’est implanté et qui l’ont nourri : son pays natal ; le Jura, Lons-le-Saunier, puis Dole, Vernaison, sur les bords du Rhône, où il s’installe à sa démobilisation, et enfin, le nord canadien ; le Québec, où il passera une semaine en 1977, et où il tombera amoureux de cette romancière québecoise, qui l’accompagnait lors de son séjour : Josette Pratte, qu’il épousera un jour d’été 1982, et qui nous a fait l’honneur de sa présence à cette inauguration.

Bernard Clavel est un romancier populaire, un conteur, un passeur d’histoires.
Avec sa plume, il s’adresse aux gens, simples, comme lui, peut-être aussi à l’enfant qu’il a été ; modeste, travailleur, idéaliste, révolté même, qui rêvait de consacrer sa vie à raconter celle des autres.
Il en tirera une œuvre nourrie de réalisme social, ancrée dans la nature et les terroirs.
Il rencontrera un immense succès public, la seule édition de poche de Malaterne tirant à 2,5 millions d’exemplaires, celle de L’Espagnol, plus de 1 million.

Bien avant de rencontrer le succès, il a une trentaine d’années et vient d’achever Pirates du Rhône, un feuilleton écrit pour le journal Le Progrès, devenu roman, lorsqu’il revient à Lons pour sa toute première dédicace.
La Librairie des Arcades, s’appelait encore Librairie Degrandy, du nom de la propriétaire qui la gérait avec son frère, Monsieur Jannier.
Daniel Thévenot travaillait alors dans cette librairie, dont il deviendra propriétaire quelques années plus tard, et déjà passionné par les récits de Clavel, il souhaitera l’inviter dans sa ville natale.
Notre romancier n’étant guère argenté, Monsieur Jannier prendra en charge le voyage, l’hôtel et le restaurant pour faire venir le jeune auteur, alors peu connu.

C’est donc à un enfant du pays, l’un des plus illustres, que nous rendons hommage aujourd’hui en baptisant ce groupe scolaire de son nom.

Ce choix est celui des Lédoniens eux-mêmes, au terme d’une consultation organisée au printemps dernier.
Il fallait proposer deux noms.
Celui d’un homme et celui d’une femme, ayant œuvré pour le bien commun ou fait connaître Lons-le-Saunier pour leur action exemplaire.
La Ville, a souhaité associer la population, a obtenu 19 réponses papier, 75 réponses internet. Elle a également reçu l’avis des élus du conseil municipal des enfants, les propositions des classes des écoles élémentaires des Mouillères et des Toupes, ainsi que l’avis des parents d’élèves et des enseignants.

La parité a été victime de ce processus, mais le choix de Bernard Clavel pour baptiser une école lédonienne a fait l’objet d’un accord unanime.

«Aussi longtemps que nous restons des apprentis, nous n'avons pas le droit de vieillir.»
Bernard Clavel avait fait sienne cette citation de l'écrivain allemand Ernst Jünger, que nous vous invitons à partager en pensant aux générations qui seront formées dans cette belle école, désormais marquée de l’empreinte d’un « Petit chose » devenu grand, mais jamais vieux.

 

> Dans Le Progrès du 14 décembre 2016

Le Progrès, Lons-le-Saunier, ECLA, intercommunalité, médiathèque, Centre Culture Communautaire des Cordeliers, Centre nautique Aqua'Rel, Jura, Jacques Pélissard

> Je ne briguerai pas de nouveau mandat à la présidence de notre Agglomération

Je viens d'annoncer, lors du dernier conseil communautaire d'ECLA à 24 communes (avant la fusion avec le Val de Sorne), que je ne briguerai pas de nouveau mandat à la présidence de notre Agglomération, le 16 janvier prochain.

Il s'agit avant tout d'une décision personnelle.
Il y a une vie après la politique.
J'avais dit lors des élections municipales de 2014 que je passerai le relais le moment venu...Et le moment est venu à la tête d'ECLA...

Aujourd'hui, je suis grand-père.
Je souhaite, désormais, consacrer du temps à ma famille, à mes petits-enfants mais aussi pour moi.

Je quitte la présidence d'ECLA avec la fierté du devoir accompli.
Et ce sur un triple registre :
- une extension géographique impressionnante puisque nous sommes passés de 6 communes en 1992 (en devenant la première intercommunalité à fiscalité propre du Jura) à 24 aujourd'hui et donc 32 demain.
Gage de véritables rapports de confiance.
- une intégration progressive des compétences : économie, voirie, sport, culture (en grande partie) ou encore assainissement sont désormais communautaires.
- une volonté pionnière en France de mutualisation des services porteuse à mes yeux d'une véritable efficacité, et ce dès 2002, et donc bien avant la loi du 4 août 2004...

Tout cela nous a ainsi permis de beaucoup investir.
Ainsi, entre 2005 et 2015, 72 millions d'euros ont été injectés sur ECLA...pour seulement 18 millions d'euros de dettes aujourd'hui.

Tous ensemble, nous avons bien travaillé, nous avons bien équipé notre territoire de vie, conférant ainsi une véritable attractivité pour le chef-lieu du Département du Jura.

En ce moment important de ma vie politique, je souhaite remercier tous les vice-présidents, les élus communautaires, les responsables de services et les services de l'Agglomération qui m'ont - qui nous ont - accompagné dans cette aventure. Je les remercie aussi, parfois, de m'avoir supporté.
Malgré ma mélancolie et une sincère tristesse, je quitte une Agglomération équipée et attractive, que j'ai géré en conscience dans un seul but : le bien commun et la qualité de vie des habitants d'ECLA.

Merci, enfin, pour l'ovation que m'a réservée le conseil communautaire de ce soir après les mots touchants, à mon endroit, de mon ami premier vice-président d'ECLA Maurice Gallet...
Merci à tous, du plus profond de mon coeur !


> 30ème Téléthon : Défi largement réussi !

Je suis heureux que Lons ait été retenue pour l’opération 100 villes-100 défis organisée par l'AFM Téléthon pour la 30ème édition de cet événément national.

 

Notre défi consistait vendre 1332 parts de fondue (36 x 37, en référence au numéro du Téléthon) et nous l'avons amplement dépassé !

 

Je vous invite à retrouver tous les chiffres de cette belle soirée du 2 décembre, les photos et la vidéo réalisée par un jeune et talentueux Lédonien, Matis Viot, sur le site de la ville :

 

http://www.lonslesaunier.fr/30e-telethon-defi-largement-reussi/

 

Téléthon 2016, Jacques Pélissard, Lons-le-SaunierTéléthon 2016, Jacques Pélissard, Lons-le-SaunierTéléthon 2016, Jacques Pélissard, Lons-le-Saunier

> Résidence des Tanneurs, le chantier est lancé !

Lundi 5 décembre, un nouveau grand projet, porté par la Ville, va démarrer à Lons-le-Saunier : la construction de la résidence des Tanneurs en bas de la rue éponyme, en proximité immédiate de l'EPHAD Edilys et de ses 92 lits.
L’opération consistera en la construction d’un bâtiment de 17 logements - sous forme de locations uniquement et réservées aux aînés - et répartis sur 4 niveaux.
Si les Tanneurs seront indépendants d'Edilys, les futurs locataires pourront, s'ils le souhaitent, bénéficier des prestations d'Edilys (restauration, animations) via une communication directe entre les deux structures.


Le nouveau bâtiment aura, notamment :
Au RDC :
- Un café des âges 100 m²
- Un logement de Type T1B 30 m²
- Un local rangement et vélos (7 vélos)
- Parking (6 places dont 1 pour personne handicapée)
Au R+1 et R+2 :
- Quatre logements de Type T2 (50 à 54 m²)
- Deux logements de Type T1B 35 m²
Au R+3
- Trois logements de Type T2 (51 à 54 m²)
- Un logement de Type T1B 35 m²
- Terrasses Solarium


Les travaux de construction vont débuter le lundi 5 décembre et vont se dérouler sur 13 mois, pour un montant estimé à 1 870 000 €.
Pour la réalisation des travaux, la rue des Tanneurs, partie basse à partir de l’entrée de chez COGESTAN, sera fermée à la circulation.

Une réunion sur site avec les riverains a eu lieu, le 21 novembre dernier, afin de définir ces modalités en parfaite concertation avec eux.
La partie haute, de l’entrée de COGESTAN à la rue des Ecoles, sera mise en double sens et le stationnement sera interdit.
Ce projet, porté par notre majorité municipale, répond, une nouvelle fois, à notre volonté de reconstruire la Ville sur la Ville, comme d'autres projets avant lui tels que la Médiathèque 4C ou encore le Mégarama par exemple...

 


> Débat d'orientations budgétaires 2017 de Lons

La majorité municipale de Lons-le-Saunier a voté unanimement pour le Débat d'orientations budgétaires 2017 de notre Ville.

Celui-ci est basé sur trois points essentiels, signes d'une gestion efficace également symbolisé par un désendettement continu et essentiel depuis de nombreuses années :
- une pression fiscale à nouveau SANS AUGMENTATION de la Ville des taux au profit des locataires et propriétaires.
- la maîtrise des dépenses de fonctionnement afin de maintenir un autofinancement positif malgré la baisse de la Dotation Globale de Fonctionnement, voulue par le Gouvernement, et qui impacte lourdement cette capacité d'autofinancement (moins 3 millions 395 000 d'euros en cumulé depuis 2014 pour la Ville)
- des investissements importants permettant le financement de nouveaux projets pour la Ville au bénéfice des quartiers et de la population dans des domaines complémentaires.
Grâce à ces efforts soutenus et à la recherche d'économies, la Ville de Lons-le-Saunier pourra réserver dans son budget 2017 une part importante à l'investissement de l'ordre de 8 500 000 euros !
Ainsi, l'année 2017 sera consacrée en majeure partie à la reconstruction de Juraparc et à la phase immobilière de la Maison de Santé pluridisciplinaire.
Néanmoins, de nombreux investissements sont à signaler.

Entre autres :
- Sécurisation optimale de tous les établissements scolaires de la Ville
- fin de l'aménagement de la place de la Chevalerie
- Mise en oeuvre de l'accessiblité au Carcom, à la crèche Victor Hugo, aux Thermes
- Aménagement de loges au 1er étage du Boeuf sur le Toit
- Frais d'études pour l'extension du musée des Beaux-Arts
- Aménagement du terrain hippique de Montciel
- Travaux de rénovation des Thermes (...)
Enfin, le soutien aux associations sera maintenu à l'identique à 2016 pour favoriser le lien social et le vivre-ensemble sportif, culturel, social...
Notre Ville avance !

Vous pouvez compter sur moi, vous le savez, et sur toute mon équipe municipale.

Pas pour faire des coups, mais pour une politique cohérente et globale sur la durée.

Au profit, fidèlement, des Lédoniennes et des Lédoniens.

> Le journal Les Echos revient sur notre projet de Maison de Santé


Dans le Jura, une ancienne usine va être transformée en maison de santé


Le maire de Lons-le-Saunier cherche à prévenir la désertification.

 

Dans le Jura, la densité moyenne de généralistes libéraux était de 96 pour 100.000 habitants en 2013 (source ARS) avec une perspective de départs à la retraite de 21 % d'entre eux d'ici à 2018.

Dans ce contexte, les maisons de santé et les maisons de services au public (MSAP) sont venues pallier le départ des services publics.

Jacques Pélissard, député maire de Lons-le-Saunier, porte, dans cet esprit, un projet de maison de santé regroupant 8 cabinets généralistes et 13 autres professionnels de santé qui ouvrira en 2018 dans le centre-ville, à la place d'une ancienne usine de lunettes.

L'investissement total (comprenant un volet logement) se monte à 7,6 millions d'euros, dont 2,3 millions d'autofinancement.

Ici, ce n'est pas tant la désertification rurale qui menace que la raréfaction des médecins généralistes, dont beaucoup sont proches de la retraite.

 

«  Notre responsabilité à nous, élus, c'est de prévenir la crise démographique. Les jeunes médecins veulent travailler en groupe pour plus de sécurité et dans un environnement plus intéressant, à nous de produire cet environnement », poursuit l'élu.

Techniquement, explique-t-il, le dossier est assez complexe, de même que la clef de répartition des financements, avec des loyers qui doivent être attractifs.

 

Mais Jacques Pélissard souligne que la couverture téléphonique est l'autre handicap fort du département.

En la matière, le conseil départemental s'apprête enfin à déployer son plan.

«  Certains maires de ma circonscription me disent que sans très haut débit ils ne peuvent pas accueillir d'entreprise ni de professions libérales. La fracture numérique pénalise nos territoires », insiste-t-il.

Monique Clemens, Les Echos
Correspondante à Besançon

> Primaire ouverte de la Droite et du Centre, où voter ?

Primaire ouverte de la Droite et du Centre
Trouvez votre bureau de vote et les réponses aux questions que vous vous posez sur le site officiel de la Primaire :

http://www.primaire2016.org/

> Visite des infrastructures du 6ème RMAT à Besançon

J'ai eu l'honneur et le plaisir de visiter les infrastructures du 6ème régiment du matériel de l'Armée de Terre (6ème RMAT) à Besançon, faisant suite à l'invitation de son nouveau chef de corps, le Lieutenant-Colonel Monfrin, que je remercie tout particulièrement, ainsi que les soldats de son régiment.

Alors que nous nous apprêtons à commémorer l'armistice du 11 novembre 1918, ayant mis un terme à la 1ère Guerre Mondiale, nous célébrerons également le deuxième anniversaire du jumelage de la ville de Lons-le-Saunier avec le 6ème RMAT.
Une délégation exceptionnelle de 60 soldats sera présente vendredi matin à la cérémonie qui aura lieu au Monument aux Morts à 10h45.

J'ai personnellement tenu à retisser ce lien étroit entre notre ville et notre armée nationale, qui s'est quelque peu distendu depuis la dissolution du 60ème Régiment d'Infanterie, le 30 juin 1984.

En effet, Lons-le-Saunier est riche de son histoire militaire et si les derniers vestiges des remparts ont disparu avec la Tour des Cordeliers, en 1829, la ville a longtemps entretenu un lien étroit avec son régiment.
Installé à Lons-le-Saunier en 1873, le 44ème Régiment d'Infanterie a fait corps avec la ville qui l'hébergeait.
L'arrivée des jeunes recrues à la caserne était prétexte à une grande fête qui voyait les bâtiments austères des casernes Michel, qui se tenaient à l'emplacement actuel du conseil général, parées de guirlandes multicolores et d'oriflammes.
En 50 ans de garnison à Lons, le 44ème R.I. aura été de tous les événements et les Lédoniens étaient attachés à cette troupe qui animait les rues et le kiosque de la place de la Chevalerie au son de leurs instruments. Il gagnera un surnom affectif : « le Bourgeois de Lons ».
Au déclenchement de la guerre, le 3 août 1944, le 44ème R.I. se trouvait déjà sur la frontière à Belfort, il fut le premier à fouler le sol d'Alsace et à entrer dans Mulhouse.
Il paya un lourd tribut à la guerre ; le Caporal Peugeot, âgé de 21 ans, périt la veille du 3 août, en ayant fait barrage à un groupe de reconnaissance allemand.
Le commandant du régiment, le colonel Bouffez, fut tué en 1915 et donnera son nom au nouvelles casernes construites aux Mouillères. Le capitaine Dumas et tant d'autres ne reverraient jamais Lons, ne joueront plus dans le kiosque de la place de la Chevalerie, ne s'entraîneraient plus au tir à Montciel.

Depuis la dissolution du 60ème Régiment d'Infanterie, le 30 juin 1984, Lons n'était plus rattachée à aucune unité militaire.

Le 6e régiment du matériel (6e RMAT) est héritier du 11e groupement d’entretien et de réparation de division blindée, constitué en 1945 et qui participe à la montée en puissance de l’Armée « B » du Général de LATTRE de TASSIGNY.
Il a été officiellement créé le 1er juillet 1985 à RASTATT, en Allemagne, ce symbole montre le chemin parcouru en un siècle dans le lien qui unit nos deux nations, étroitement associées aujourd'hui dans le noyau de l'union européenne.

Il s'agit d'un partenariat important, qui s'inscrira sur la durée, pour participer du développement de l’esprit de défense, du devoir de mémoire et du lien armée-nation.

 

Jacques Pélissard, armée, 6ème RMATJacques Pélissard, armée, 6ème RMATJacques Pélissard, armée, 6ème RMATJacques Pélissard, armée, 6ème RMAT

> Lons-le-Saunier en pointe sur la maladie de Lyme

Je suis heureux d'avoir déposé la candidature de la Ville de Lons-le-Saunier auprès de la direction générale de la Santé en août dernier pour accueillir un centre de soin pilote pour malades de Lyme.
Le Plan Lyme dévoilé, début octobre, confirme la nécessité d'implanter ce type de centre dans les régions.
Le Jura étant l'un des départements les plus touchés de France, le candidature lédonienne se présente comme légitime et cohérente avec le projet de construction d'une maison de santé pluridisciplinaire dont l'ouverture est prévue en 2018.

 

 

A cet effet, j'avais écrit dès le 1er août au Directeur Général de la Santé Publique pour déposer officiellement la candidature lédonienne.
Les nombreux malades jurassiens sont aujourd'hui obligés de se faire soigner dans d'autres régions comme l'Alsace ou Rhône-Alpes-Auvergne.


Cette candidature est en cohérence avec le projet de Maison de santé pluridisciplinaire qui s'ouvrira en 2018 rue des Mouillères et avec l'annonce d'un Plan Lyme au niveau national.

 

Tous les détails au 19/20 de France 3 Franche-Comté et dans la presse locale.

 

maladie de Lyme, centre de soins, Professeur Perronne, Jacques Pélissard, Lons-le-Saunier, santémaladie de Lyme, centre de soins, Professeur Perronne, Jacques Pélissard, Lons-le-Saunier, santé

> Inauguration du haut de la rue Saint-Désiré

Les commerçants de cette artère qui relie le centre au sud de la ville ont voulu fêter ça.
Leur rue vient d'être entièrement rénovée et repensée, ils voulaient manifester leur satisfaction et faire savoir aussi que cette transformation s'accompagne d'un nouvel élan commercial.
Tout l'après-midi de samedi, dans cette rue offerte aux piétons pour quelques heures, des animations se sont enchaînées dont un défilé de mode et un concert des Chicks (qui préparent la sortie de leur premier CD).
Les élus et les commerçants, autour de Jacques Pélissard, ont procédé à l'ouverture officielle de cette rue symbolisée par un ruban tricolore coupé.
Cette cérémonie coïncide aussi avec le premier jour de la quinzaine commerciale lancée par LUCAS, la nouvelle union commerciale de Lons. Elle va durer jusqu'au 15 octobre.

 

Inauguration du haut de la rue Saint-DésiréInauguration du haut de la rue Saint-DésiréInauguration du haut de la rue Saint-Désiré

> Année de La Marseillaise - Concert du Choeur de l'Armée Française

La Ville de Lons-le-Saunier accueillait mercredi 25 mai le prestigieux Chœur de l'Armée Française, formation spéciale de la Garde républicaine et chœur officiel de la République, pour une soirée exceptionnelle au théâtre dans le cadre de l'année de la Marseillaise.

 

Je vous joins, ici, le discours que j'ai prononcé hier soir lors du concert du Choeur de l'Armée Française au Théâtre de Lons-le-Saunier. Dans la Ville natale de Rouget de Lisle, dans le cadre des évènements mis en place par notre commune pour "2016, année de la Marseillaise", j'ai notamment rappelé que :
"Célébrer La Marseillaise, comme nous le faisons ce soir, ce n'est pas pratiquer une commémoration révérentielle à l’égard d’un chant hérité du passé.
C’est rendre hommage à la modernité d’un hymne que nous voulons fédérateur, consubstanciel aux valeurs de la République :
- Une liberté préservée.
- Une égalité des chances plus assurée.
- Une fraternité pleinement assumée.
- Une laïcité efficacement pratiquée.
Aujourd’hui notre Pays doit être rassemblé.
La Marseillaise rassemble au-delà des clivages politiques.
La Marseillaise n’est pas de droite.
La Marseillaise n’est pas de gauche.
La Marseillaise, c’est la France.
La France que nous aimons. Celle qui fédère tous ceux qui veulent, ensemble, construire une communauté de destins, de droits et de devoirs.
La France qui porte l’exigeante ambition d’être une nation forte et vivante, pierre angulaire du renouveau du projet européen".

 

 

Concert du Chœur de l’Armée Française
Mercredi 25 mai 2016 à 20h30
Théâtre de Lons-le-Saunier


Monsieur le Préfet,
Monsieur le directeur général de la gendarmerie nationale,
Monsieur le commandant du groupement de gendarmerie du Jura,
Madame la 1ere Vice-Présidente du Conseil Départemental,
Mesdames et Messieurs les Conseillers Départementaux et Régionaux,
Mesdames et messieurs les élus municipaux,
Monseigneur,
Monsieur le délégué militaire départemental,
Mesdames, Messieurs les officiers et sous-officiers,
Mesdames et messieurs les anciens combattants et membres du monde combattant,
Mesdames, Messieurs,
Chers Amis,

Les autorités de l’Etat ont décidé que 2016 serait « L’Année de La Marseillaise ».
Lons-le-Saunier est heureuse de donner un relief particulier à cette commémoration, elle qui, le 10 mai 1760, vit naître Rouget de Lisle, rue du Commerce, à quelques centaines de mètres de ce Théâtre.
Dans notre Ville, une avenue et un collège portent son nom, sa maison natale a été transformée en musée, sa statue, œuvre de Bartholdi, a été érigée place de la Chevalerie.
Quant à La Marseillaise, elle est familière aux Lédoniens puisque, à chaque heure, le carillon du théâtre égrenne ses premières notes.
De nombreuses manifestations sont organisées cette année à Lons-le-Saunier. Je pense, notamment, au spectacle Il était une fois La Marseillaise, qui sera représenté en juillet prochain.
Aussi, c'est avec une joie particulière que nous accueillons, ce soir, le prestigieux Chœur de l'armée Française.
Je tiens à adresser tous mes remerciements à ceux qui ont permis la bonne organisation de cet évènement. Je pense à la Préfecture, à la Gendarmerie Départementale, à l’ONAC, au Conseil Départemental, aux Services de la Ville de Lons-le-Saunier.

Ce Chant de guerre pour l'armée du Rhin, c'est d'abord un chant de combat, le chant de la Nation en armes, du soldat citoyen, qui fait face aux monarchies coalisées contre la jeune République Française.
Michelet, en quelques lignes de son Histoire de la Révolution française, a rendu compte de la « sublime destinée de ce chant » :
« Il est entonné par les Marseillais à l'assaut des Tuileries, il brise le trône au 10 août, écrit-il. On l'appelle la Marseillaise. Il est chanté à Valmy, affermit nos lignes flottantes, effraye l'aigle noir de Prusse. Et c'est encore avec ce chant que nos jeunes soldats novices gravirent le coteau de Jemmapes, franchirent les redoutes autrichiennes ».
« J’ai gagné la bataille», écrit un général de l'an II. La Marseillaise commandait avec moi.
Depuis toujours, elle a retenti lorsque la patrie était en danger, quand son territoire était menacé, quand ses valeurs étaient attaquées.
Pendant la Grande Guerre, La Marseillaise accompagna le soldat français dans toutes les batailles, et notamment lors de son héroïque résistance à Verdun, voici tout juste un siècle. « Il faudrait un livre, le livre d'or de l'héroïsme, pour aligner tous les traits de sublime courage que la Marseillaise a inspirés, encadrés dans les innombrables combats quotidiens de cette longue guerre », écrit l'historien Louis Fiaux en 1918.

C'est d'ailleurs pendant la guerre pour mobiliser l’esprit national, et le jour de la Fête Nationale, le 14 juillet 1915, que les cendres de Rouget de Lisle furent transférées aux Invalides.
Proscrite par le régime de Vichy, La Marseillaise fut l’hymne de la Résistance.
Dans les maquis et sur les champs de bataille où combattaient les Forces françaises libres, dans les prisons et dans les camps, ou face au peloton d’exécution, ainsi que l'évoque Aragon, des hommes ont souffert et sont morts en chantant la Marseillaise.
Parce qu’elle se situe au-delà des factions, des partis, qu’elle est le souffle de la France et de tous les Français, parce qu’elle est porteuse du génie de la Liberté, en France et dans le monde, la Marseillaise a partout été le chant de la lutte contre l’oppression.
- Les patriotes se battant pour leur indépendance lors du printemps des peuples en 1848, chantaient la Marseillaise.
- Les étudiants roumains qui chassèrent Ceaucescu, chantaient la Marseillaise.
- A Pékin, place Tien Am Men, face aux chars chinois, les opposants au régime totalitaire chantaient la Marseillaise.
- Au Chili, les fidèles d’Alliende, résistants au coup d’Etat, chantaient la Marseillaise.

Elle est aussi un symbole de la France : les peuples amis la chantent pour nous témoigner leur solidarité dans les heures difficiles.

Ce fut le cas au lendemain des attentats du 13 novembre, le peuple anglais nous adressa une touchante marque de sympathie. Lors d’une rencontre de football, tout le stade de Wembley entonna la Marseillaise.

Cet « amour sacré de la Patrie », cette « Liberté chérie », ce refus de la « tyrannie », sont indissociables de notre identité. Ils représentent les valeurs qui ont scellé notre nation, celles pour lesquelles nos ancêtres se sont unis, et ont marché, parfois, jusqu'au sacrifice suprême.
Célébrer La Marseillaise, comme nous le faisons ce soir, ce n'est pas pratiquer une commémoration révérentielle à l’égard d’un chant hérité du passé.
C’est rendre hommage à la modernité d’un hymne que nous voulons fédérateur, consubstanciel aux valeurs de la République :
- Une liberté préservée.
- Une égalité des chances plus assurée.
- Une fraternité pleinement assumée.
- Une laïcité efficacement pratiquée.
Aujourd’hui notre Pays doit être rassemblé.
La Marseillaise rassemble au-delà des clivages politiques.
La Marseillaise n’est pas de droite.
La Marseillaise n’est pas de gauche.
La Marseillaise, c’est la France.
La France que nous aimons. Celle qui fédère tous ceux qui veulent, ensemble, construire une communauté de destins, de droits et de devoirs.
La France qui porte l’exigeante ambition d’être une nation forte et vivante, pierre angulaire du renouveau du projet européen.
Vive la Marseillaise ! Et donc Vive la France !"

Jacques Pélissard, Député-Maire de Lons-le-Saunier

 

Choeur de l'armée française, Année de La Marseillaise, Rouget de Lisle, Lons-le-Saunier, Théâtre, gendarmerieChoeur de l'armée française, Année de La Marseillaise, Rouget de Lisle, Lons-le-Saunier, Théâtre, gendarmerie

> Ouverture des Semaines des alternatives 2016 avec Périco Légasse

Soirée passionnante avec le critique gastronomique engagé Périco Légasse qui est venu à Lons nous parler alimentation et environnement avec une analyse particulièrement pertinente de cette problématique.
J'ai été très heureux des commentaires qu'il a formulé sur le rôle pionnier de Lons en matière de restauration collective, de promotion des produits bio de proximité.
J'ai exposé que ce résultat était le fait d'une action collective avec Jacques Lançon, d'une démarche globale et pionnière.

 

Semaines des alternatives 2016, Jacques Pélissard, Périco Légasse, bio, proximité, circuits courts, alimentation, gastronomie, A table citoyens

> Merci mon ami René

Le décès de René Millet nous a tous plongés dans une infinie tristesse
Il nous laisse le souvenir d'un homme de convictions mais aussi de valeurs spirituelles et altruistes
Président de l'UDF du jura alors que j'étais président du RPR nous avons fait équipe ensemble pour faire gagner nos idées.
Avec Françoise ils formaient un couple qui avait le sens du service à la collectivité et je me souviens du jour superbe ou ils avaient été décorés ensemble des médailles les plus emblématiques de notre République pour leurs actions respectives

Merci mon Ami René pour l'homme que tu étais et pour ce que tu as réussi sur de multiples registres dans et pour le Jura.

> Le modèle lédonien de restauration collective présenté au Sénat

Le Sénateur Joël Labbé, rapporteur (au Sénat) du texte sur la proposition de loi visant à favoriser l’ancrage territorial de l’alimentation, a souhaité m'auditionner cette semaine pour que je lui présente le modèle lédonien du bio dans la restauration collective.
A Lons en effet, et depuis des années, le pain, les laitages et le boeuf sont 100% bio.

Depuis septembre 2015, les légumes le sont également grâce à la création d'une légumerie bio, alimentée par 8 maraîchers bio du Jura et de la Région, à hauteur de 140 tonnes par an.

Avec la possibilité de monter à 200 tonnes dans les mois à venir.
Le Sénateur Labbé s'est montré extrêmement intéressé par les actions que je lui ai détaillées en compagnie de Didier Thévenet directeur du restaurant municipal, et plus globalement par notre approche cohérente et globale allant de la protection de l'eau à l'assiette de nos concitoyens (self, écoles, Hôpital, EHPAD, centres aérés) à travers des conventionnements avec les agriculteurs et les maraîchers. Ce qui permet aujourd'hui de proposer des produits bio de qualité, de proximité et générateurs d'emploi non délocalisables à un prix maîtrisé grâce à cette structuration des filières courtes et la garantie d'achat que nous proposons à nos producteurs.

> 6 nouvelles caméras seront installées au parking de la Comédie

La sécurité de nos concitoyens est une priorité à Lons-le-Saunier.
Ainsi, six nouvelles caméras seront installées, dans les prochaines semaines, en dehors et à l'intérieur du parking de la Comédie pour sécuriser le lieu...Portant ainsi le nombre de caméras sur la commune de 107...à 113. Cette décision a été prise hier soir au Conseil Municipal.

Depuis 2007, notre Ville s'est inscrite dans cette démarche, à l'époque pionnière, de vidéo-protection installée dans les lieux publics et autour des bâtiments municipaux.
Cette volonté politique affirmée obéit à un double objectif :
- dissuader d'éventuelles exactions.
- élucider en tenant les enregistrements à disposition de la police et de la justice suite à des actes délictueux.

Néanmoins, je tiens à rappeler qu'il s'agit uniquement d'enregistrements. Il n'y a personne derrière les écrans à surveiller ce que font les habitants ! Ainsi, la vie privée est préservée puisque sans demande de la Police ou du Procureur de la République dans le cadre d'enquêtes ou d'investigations, les bandes s'effacent automatiquement au bout de huit jours.

Enfin, et c'est un constat tangible, lorsque des caméras ont été installées autour de bâtiments ou d'écoles jusqu'alors victimes de dégradations à répétition, celles-ci se sont immédiatement arrêtées après la pose des appareils. Garantissant, en plus d'une sécurité accrue, des économies importantes pour notre collectivité.

> Vœux aux associations

J'ai présenté mes vœux aux associations lédoniennes.
Les associations rassemblent des passionnés, dans une démarche intergénérationnelle et même intercommunale, qu'ils ont adoptée bien avant les élus !

 

Entre la ville et les associations, nous avons des devoirs réciproques.
En 2016, l'Etat a supprimé 28 milliards d'euros de dotations aux collectivités pour la période 2014-2017
Dans notre bassin de vie, cette politique se traduit par 2,2 millions d'euros de moins en 2016 pour la ville et l'agglomération.
Nous faisons des économies à tous les niveaux : nous sommes parvenus à réduire nos de frais de fonctionnement de-2,5% en 2015 par rapport à 2014
Nous avons également économisé -13% sur le gaz grâce à une commande groupée.
Vous le savez, j'ai toujours tenu un discours de vérité et je dois donc annoncer que dans ce contexte, l'ensemble de la subvention globale aux associations va baisser de 5,16%.

Mais cette participation financière n'est que la part émergée de l'iceberg.
Nous continuerons à vous soutenir, à vous loger, le service fêtes et cérémonies continuera de se tenir gratuitement à votre disposition pour faciliter l'organisation de vos événements en vous apportant le soutien logistique nécessaire.
Nous aurons bientôt de nouveaux panneaux lumineux répartis dans la ville pour vous permettre d'annoncer vos événements.
Nous continuerons à vous soutenir dans vos relations avec les institutions et à lever les blocages que vous pouvez rencontrer.


Au fil des années, nous avons investi pour équiper la ville.
Nous avons inauguré le Bœuf sur le Toit au mois de septembre, qui bénéficie d'une acoustique remarquable ainsi que d'un éclairage de haut niveau.
La grande salle fait partie d'un creuset culturel, avec également des studios de répétition, une résidence d'artistes, des salles de taille plus modeste pour la musique et le théâtre.
Il s'agit d'une démarche pionnière en France !
Ces salles peuvent également accueillir vos événements.

 

Enfin, j'ai remercié chaleureusement les bénévoles de la Percée du vin jaune qui aura lieu les 5 et 6 février.
Depuis des mois, ils s'activent pour élaborer les décorations et préparer cet événement.
Grâce à cette conjonction entre la ville, les professionnels et les bénévoles, nous pourront attirer plusieurs dizaines de milliers de personnes à ce superbe événement.
Le bénévolat c'est aussi cela !
Bonne année et bonne Percée 2016 à tous !

 

Jacques Pélissard, Lons-le-Saunier, voeux, associations, bénévolat

> Remise de l'Ordre National du Mérite à M. Maurice LOISY

J'ai été particulièrement heureux et fier d'assister à la décoration de M. Maurice LOISY, élevé au rang de Chevalier dans l'Ordre National du Mérite par M. le Préfet du Jura pour son parcours exemplaire.

 

M. LOISY, dit "Bizy" a participé activement à la Résistance Jurassienne et contribué à libérer Lons de l'occupant.
Il avait alors à peine 20 ans...

 

C'est entouré de son épouse, Jeannine, de sa fille, Claude, de sa famille, de ses amis et de certains de ses compagnons que la médaille lui a été remise dans le Hall d'honneur du CarCom.

 

Voici la copie du discours que j'ai prononcé à cette occasion :

 

"Cher « Bizy »,

Rares sont les témoignages historiques qui peuvent illustrer le parcours d’un homme ou d’une femme dont l'engagement semble dépasser toute autre considération, jusqu'à celle de sa propre vie.

Pour vous Bizy, j’ai naturellement choisi le Général de GAULLE, incarnation de l'esprit de Résistance et figure tutélaire de la Libération : « La difficulté attire l’homme de caractère, car c’est en l’étreignant qu’il se réalise lui-même. »…

… et la difficulté ne vous a jamais fait reculer dans votre vie civile, sportive et citoyenne.

Mon allusion au Général de GAULLE est également inspirée par trois points convergents entre vous et l'Homme de la France libre :

votre patriotisme ardent, l'amour passionné de la France ;

votre force de caractère qui ne s’est accommodée d’aucune compromission d’aucun renoncement et d'aucun accommodement avec ce que vous considérez être essentiel ;

votre engagement total et entier dans les combats que vous vous êtes choisis et votre amitié fidèle pour les compagnons qui vous accompagnent ;

Parce qu’aujourd’hui vous recevez les insignes de Chevalier dans l'Ordre National du Mérite, nous savons tous combien cet engagement, couvant au plus profond de vous dès le plus jeune âge, a déterminé votre vie et vos combats :

car votre engagement dans la Résistance à 16 ans montre une faculté à percevoir instinctivement ce qui est juste, ce qui doit être défendu et à se lever pour faire face à l'insoutenable ;

car l’exemplarité dont vous avez toujours fait preuve pour ceux qui vous entourent est l’une des manifestations les plus pures de l’humanisme, en ce qu’il consiste à élever la conscience et la dignité des hommes ;

Ce sont ces valeurs qui vous ont conduites, si jeune, à vous engager dans la Résistance Lédonienne, puis Jurassienne, avant-même la débâcle .

Vous habitez alors le quartier des Toupes, ce « village neuf » comme on l'appelle à l'époque, que vos parents, venus de Bresse, ont choisi pour sa proximité avec la gare où votre père est cheminot.

Lorsque la guerre éclate, en septembre 1939, vous êtes apprenti à l'imprimerie Declume où vous vous formez au métier de linotypiste, vous vous passionnez déjà pour le rugby que vous pratiquez au Club Sportif Lédonien (CSL).

Dans les semaines qui suivent, vous proposez vos services pour intégrer la résistance « passive », vous serez responsable de la circulation en cas d'alerte bombardement et chargé de surveiller particulièrement la route de Macornay et Courbouzon.

Le 16 juin 1940, les cheminots reçoivent l'ordre de replier un maximum de matériel ferroviaire vers le sud et d'emmener leur famille. C'est le signal que vous attendiez avec votre camarade Gaston Bornat, pour décider de vous engager totalement en rejoignant les troupes françaises. Vous sautez dans le train et traversez la France pour gagner Bordeaux où vous tentez d'embarquer dans un destroyer hollandais, dans l'espoir de gagner l'Afrique du nord ou l'Angleterre.

Dissimulés dans des rouleaux de cordages, vous êtes découverts au moment du départ et parvenez à regagner Lons en échappant aux contrôles.

Jean RICART, capitaine emblématique et entraîneur du CSL rugby, fait prisonnier en juin 1940, est rapatrié sanitaire en 1941. Vous le connaissez bien, il habite également dans le quartier des Toupes, où j'ai inauguré, l'année dernière, une place à son nom, à votre initiative.

Ami de votre famille, il vous fera entrer dans la résistance « organisée » lorsqu'il devient chef de l'Armée secrète du secteur de Lons et mobilise plusieurs « trentaines », notamment parmi ses amis du rugby, les cheminots ou ses collègues des fromageries Bel. La Résistance lédonienne entre alors dans sa phase opérationnelle.

A ses côtés, vous organiserez recrutement, tractage, distribution de journaux clandestins, missions de liaison et d'intimidation contre les collaborateurs et miliciens, réception de parachutage et transport d'armes cachées.

Il sera pour vous un chef respecté, admiré même, qui rayonne par son charisme et vous accorde en retour une confiance totale.

En juin 1943. Alors que vous recevez une convocation pour les chantiers de jeunesse, vous la refusez, car vous vous méfiez du régime de Vichy et craignez d'être envoyé en Allemagne dans le cadre du Service du Travail Obligatoire, le STO.

Le 24 avril 1944, vous recevez cette fois votre convocation au STO. Une nouvelle fois, vous refusez cette injonction. Grâce à la complicité de cheminots et de gendarmes, vous parvenez à vous y soustraire et devenez alors réfractaire, « hors la loi » sur le sol français.

C'est alors que vous devenez membre des Forces Françaises de l'Intérieur, les FFI, et vous effectuez des stages aux maquis de La Marre et de Fontenu, où vous apprenez le maniement des armes et les techniques de guerilla.

A l'annonce du débarquement en Normandie, le 6 juin 1944, vous recevez l'ordre de Jean Ricart de transférer 600 kg d'armes, que vous aviez dissimulées chez vos parents, au mépris du risque d'être dénoncés, vers une carrière de Mancy. Suivant la consigne donnée à tous les FFI, répondant aux ordre du commandant « Louis » (Vandelle) vous rejoignez le maquis le 7 juin, à pieds, en direction du Poste de Commandement du district « Vauthier », dirigé par un autre Lédonien de naissance Paul Vuillard, à Fontenu.

Le capitaine Jean Ricart (dit « Michel) vous élève au grade de sergent au sein de la compagnie qu'il dirige et vous confie le commandement d'un groupe de choc qui compte une dizaines de membres, où les nouvelles recrues côtoient plusieurs de vos amis d'enfance et certains rugbymen.

Après de nombreuses opérations de guerilla, entre juin et août 1944, vous participez activement à la Libération de Lons-le-Saunier, le 25 août. Par votre dévouement et les risques que vous avez défiés, vous avez permis à la Ville d'être libérée de l'occupant par ses propres forces, celle de ses enfants dont vous êtes. Qui sait ce se serait produit si les armées de Libération et d'occupation s'étaient affrontées dans nos rues, au milieu des habitations...

Monsieur Loisy, cher Maurice, j'ai commencé mon propos en vous appelant « Bizy » car c'est votre nom de Résistance et il n'a depuis cessé de vous accompagner pour vos amis.

Nous célébrons cette année l'année de La Marseillaise, dans la France entière et tout particulièrement à Lons-le-Saunier, Ville natale de Rouget de Lisle.

En son nom et au nom des Lédoniennes et des Lédoniens, je veux dire ici notre reconnaissance et notre fierté que l'un de ses enfants, inspiré par l'amour sacré de la Patrie, ait, avec d'autres, pris les armes en citoyen pour défendre notre Liberté chérie et délivrer la France."

 

Ordre National du Mérite, Résistance, Maurice Loisy, Jacques Pélissard, Préfet du Jura, Jacques Quastana

> Meilleurs voeux 2016 !

Chers amis,

Bonne année 2016 pour vous et vos proches, qu'elle permette épanouissement et réussite à chacune et chacun.

Associons à ces vœux notre pays, je souhaite que celui-ci rassemblé et réformé nous permette de retrouver la fierté d être français.

Amitiés.

Jacques Pélissard

> Annulation des Voeux parlementaires dans les cantons de Bletterans, Orgelet et Saint-Amour

Madame le Maire, Monsieur le Maire, chers collègues,

 

J’avais prévu de vous présenter mes vœux parlementaires ce week-end à la salle des fêtes de Balanod, Bletterans et Orgelet.

 

Malheureusement, je suis contraint d’annuler ces rendez-vous traditionnels.


En effet , le 28 décembre, lors de mes vacances, j’ai voulu suivre mes enfants sur les pentes de ski. Eux ont une trentaine d’années, moi un peu plus ! Une mauvaise chute a entraîné une déchirure musculaire au mollet qui m’empêche de me tenir debout.

 

Jusqu’au bout, j’ai espéré pouvoir me présenter devant vous, comme je le fais avec plaisir chaque début année. Mais mon médecin me l’a fortement déconseillé, considérant qu’une station debout prolongée aujourd’hui rallongerait de façon fort significative la cicatrisation du muscle.

 

Je vous prie de m’excuser de ce contretemps indépendant de ma volonté. Je  vous serai reconnaissant de prévenir vos conseillers municipaux des raisons de cette annulation.

 

Je vous souhaite donc une belle année 2016, remplie de bonheur et de réussite pour vous et pour vos proches, ainsi que pour vos communes.

 

J’aurai l’occasion de venir à votre rencontre lors des permanences parlementaires que j’organise chaque trimestre dans votre secteur.

 

Merci de votre compréhension.

 

Très cordialement

 

Jacques Pélissard

Député du Jura

> Visite du pavillon français à l'Exposition Universelle de Milan

J'ai tenu à me rendre à l'exposition universelle de Milan pour visiter personnellement, en compagnie de deux directeurs de service de la Ville, le pavillon français.

Je voulais me rendre compte, de visu, de la fonctionnalité, de la praticabilité et des possibilités d'accueil de ce bâtiment construit en partie par une entreprise franc-comtoise à partir de bois du massif jurassien.
Depuis l'incendie de Juraparc, en mai dernier, j'explore toutes les possibilités pour trouver une solution pérenne et adaptée aux besoins d'organisations du bassin lédonien.


Le 5 septembre dernier, j'avais écrit à Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture (dont la filiale FranceAgrimer possède le pavillon français), afin de lui faire part de l'intérêt de Lons-le-Saunier pour acquérir ce bâtiment exceptionnel représentatif du savoir-faire français.

Depuis, d'autres territoires nous ont imités et la concurrence, je le sais, sera rude dans ce dossier.
Sur place, j'ai rencontré Monsieur Alain Berger, commissaire général de l'exposition du pavillon français, qui nous a fait visiter, en personne, la structure et répondu à toutes nos questions techniques et pratiques.
Je souhaite désormais communiquer l'ensemble de ces données aux élus de la majorité du conseil municipal dans le but de définir le cap à tenir dans ce dossier.

 

Exposition universelle, Expo2015, Milan, pavillon France, pavillon français, Lons-le-Saunier, Jacques Pélissard, Alain BergerExposition universelle, Expo2015, Milan, pavillon France, pavillon français, Lons-le-Saunier, Jacques Pélissard, Alain BergerExposition universelle, Expo2015, Milan, pavillon France, pavillon français, Lons-le-Saunier, Jacques Pélissard, Alain Berger

> Suite à l'article "Le Mégarama veut croquer le cinéma des Cordeliers"

J'ai toujours été partisan et pratiquant de la vérité de l'information.
Un titre racoleur, une fois de plus, cherchant le sensationnel et paru dans le quotidien local, prétendant que "le Mégarama veut croquer le cinéma des Cordeliers" semble motiver des prises de position politiciennes de l'opposition au sein du conseil municipal.

Le directeur de Mégarama vient d'adresser un droit de réponse à la direction du dit-quotidien, dont il m'a adressé la copie.

Vous trouverez ci-après les principaux passages.


"C’est avec stupéfaction que la société MEGARAMA et moi-même, directeur "des cinémas de Lons-le-Saunier avons pris connaissance, dans le numéro "du PROGRES daté du vendredi 09 Octobre 2015, de l’article de votre collaborateur Monsieur Stéphane HOVAERE intitulé « Et si le MEGARAMA absorbait le cinéma des 4C».


"Par conséquent, et en application des dispositions de l’article 13 de la Loi
"du 29 juillet 1881 sur le droit de la presse, j’entends exercer mon droit de "réponse face aux propos éhontés que vous me prêtez en qualité de Directeur des sites MEGARAMA et LE PALACE et vous demande donc d’insérer dans le prochain numéro de votre journal le texte suivant :
« L’article publié dans votre édition du Vendredi 9 octobre 2015, intitulé « Et si le MEGARAMA absorbait le cinéma des 4C » me prête des propos que je n’ai pas tenus et que je démens formellement..."

 

Les choses sont claires et nettes.


Appeler à manifester en s'appuyant sur des propos mensongers, c'est de la basse récupération politique qui ne trompe personne !

> 2ème anniversaire de la chaufferie biomasse de Lons

J'ai été heureux de participer au 2ème anniversaire de la mise en service de la chaufferie biomasse de Lons.

 

Cette chaufferie a permis de supprimer totalement le fioul lourd de nos approvisionnement et de porter la part des énergies renouvelables (déchets d'incinération et biomasse) dans le chauffage urbain de 60% en 2013 à 95% aujourd'hui, 5% étant assurés par le gaz naturel en appoint.

De nombreux équipements publics sont approvisionnés grâce à ce réseau de chaleur :
- services publics : CPAM, Palais de Justice, DDAF, Centre Social, Médiathèque ;
- établissements médico-sociaux : EHPAD des sœurs Franciscaines et maison de retraite des petites sœurs des pauvres ;
- services associatifs : MJC, maison des associations
mais aussi l'école des Mouillères, l'hôtel de Balay, l'église des Cordeliers et bien sûr les locaux de la Ville et de l'agglomération.

Le réseau est long de 7,5 km et alimente l'équivalent de 3400 logements (ou 124 000 m²).

Nous évitons ainsi l'émission de 8000 tonnes de CO2 et la consommation de 3400 tonnes équivalent pétrole chaque année.

 

Il s'agit d'une volonté forte de la Ville, que nous partageons depuis longtemps avec Jacques Lançon, de conjuguer les circuits courts et l'économie circulaire pour une action environnementale globale et cohérente ;
- sobriété des bâtiments avec le Contrat de Performance Energétique ;
- produits bios de proximité au restaurant municipal ;
- énergies renouvelables pour alimenter le réseau de chaleur.

Nous sommes convaincus du double intérêt de cette démarche :
intérêt environnemental, avec moins de consommation d'énergies fossiles, moins de CO2 rejeté ;
intérêt économique avec une consommation maîtrisée et un coût de l'énergie stabilisé à court et moyen terme.

 

chaufferie, bois, biomasse, lons le saunier, soccram, engie, gdf, suez, écologie, développement durable, CO2, COP21

> Le nouveau Boeuf sur le Toit est ouvert !

J'ai inauguré la nouvelle salle du Boeuf sur le Toit dédiée au spectacle vivant.

Cet investissement de 2,4 millions d'euros réalisé par la Ville en collaboration avec l'Etat et la Région se veut le phare du véritable creuset culturel que constitue le site du Boeuf.


Acoustique et son dernier cri, isolation phonique et thermique, scène et gradins amovibles (330 places assises, jusqu'a 970 debout), cette salle est un outil exceptionnel selon les artistes eux mêmes, unique en son genre dans la Région avec la maison des artistes et les locaux des associations culturelles qui l'entourent.

Elle va constituer, j'en suis sûr, un facteur d'attractivité supplémentaire pour Lons.

Elle complète idéalement en tous cas le panel de l'offre culturelle de notre Ville et va surtout permettre une formidable synergie entre les hommes et les femmes qui vont la faire vivre, la rendre incontournable et indispensable.

 

> Pavillon Français de l'exposition universelle de Milan, ma lettre au Ministre de l'Agriculture

Pavillon Français de l'exposition universelle de Milan : j'ai écrit, le 5 septembre dernier, à Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, pour lui faire part de l'intérêt de Lons-le-Saunier pour accueillir, à demeure, cette réalisation exceptionnelle.

 

Voici le texte intégral de ma lettre :

Ministère de l’Agriculture

Monsieur Stéphane LE FOLL

78, rue de Varenne

75349 PARIS SP 07

 

Lons-le-Saunier, le 5 septembre 2015.

 

Monsieur le Ministre,

 

Permettez-moi d’attirer votre attention à propos du pavillon français de l’exposition universelle de Milan construit sous votre maîtrise d’ouvrage et qui rencontre un succès populaire considérable rejaillissant sur notre Nation.

 

Conçu à Montlebon, dans notre région Franche-Comté, à partir de bois issu du massif jurassien, il est aujourd’hui propriété de FranceAgrimer, une filiale de votre ministère. Aujourd’hui, subsiste une forte interrogation de nos concitoyens sur l’avenir de ce pavillon à l’issue de cette exposition universelle qui fermera ses portes le 31 octobre prochain.

 

Au cours de diverses interventions, vous vous êtes personnellement exprimé pour que cette œuvre reste en France. Sans plus de précisions pour l’instant. En ce sens, je tiens à vous faire part de l’intérêt de la Ville de Lons-le-Saunier, préfecture du Jura, pour accueillir définitivement ce pavillon français sur son sol.

 

Construit à quelques kilomètres de là, dans le haut Doubs, il permettrait ainsi à notre commune de pouvoir à la fois exposer le savoir-faire du bois en Franche-Comté et bien entendu bénéficier d’une vitrine touristique exceptionnelle pour son développement.

 

Depuis que je suis maire de Lons-le-Saunier, notre Ville est devenue une référence en France en matière de développement durable : réseau de chaleur collectif à partir de 93% d’énergies renouvelables, protection approfondie de notre ressource en eau, restauration collective bio de proximité qui sert 1 200 000 repas par an, prochaine inauguration d’une légumerie biologique, mise en place du zéro phytosanitaire, tri des déchets, berceau de la rudologie, marché de performance énergétique innovant pour ses bâtiments municipaux, territoire «zéro gaspi, zéro déchet » labellisé par la Ministre de l’Environnement.

 

L’accueil de ce pavillon français, construit selon des normes basse consommation poussées, aurait donc du sens au sein de cette politique cohérente et globale. Il répondrait, qui plus est, à un vrai besoin depuis l’incendie criminel de notre parc des expositions « Juraparc » dans la nuit du 11 mai dernier.

 

Enfin, installer un tel édifice dans un département rural comme le nôtre serait un message de confiance très fort adressé à destination du monde agricole mais aussi économique et touristique.

 

En ce sens, je me tiens à votre entière disposition pour discuter de cette opportunité de vive voix, sur Paris, à une date que vous choisirez pour débattre du principe de ce transfert à notre collectivité territoriale et évoquer les modalités techniques et financières de ce dossier.

 

Vous remerciant de l’attention que vous porterez à la présente et pour les suites qu’il vous sera possible de lui réserver, je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’assurance de ma haute considération.

 

Le Député-Maire,

Jacques PELISSARD

 

Exposition universelle Milan 2015 Pavillon français

By Davric (Own work) [CC BY-SA 4.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons

> Appel du 19 septembre pour les communes de France

Appel du 19 septembre pour les communes de France :
grand rassemblement, samedi 19 septembre, à 10 heures à Lons-le-Saunier


Dans le cadre de la journée nationale d'action des maires et présidents d'intercommunalité lancée par l'Association des Maires de France, j'en appelle à un grand rassemblement des élus jurassiens, le 19 septembre à 10 heures place de la Liberté à Lons-le-Saunier.

Je serai accompagné, pour l'occasion, par Bernard Mamet, président de l'Association des Maires du Jura.

 

L’Etat a en effet décidé de réduire de 30% les dotations, jusqu’à maintenant accordées aux communes et intercommunalités pour assurer leurs missions auprès des citoyens, y compris les plus vitales.


Quelle institution, même très bien gérée, pourrait survivre à une telle amputation ?


Si l’on en reste là, la décision de l’Etat entraînera de graves conséquences sur les investissements et les services publics locaux
Logements, crèches, écoles, cantines, centres d’action sociale, transports, équipements sportifs et culturels, environnement, tri et collecte des déchets… Vous ne pouvez être privés des services essentiels qui assurent votre cadre de vie et fondent le lien social, le vivre ensemble, si précieux et si fragile dans notre société.

 

Cette approche purement comptable et à courte vue pose également un grave problème national, alors que l'activité économique est au point mort, avec une croissance nulle au 2nd trimestre.


En réduisant les dotations, le gouvernement étrangle les communes qui ne représentent que 9,5 % de la dette publique mais 60 % de l'investissement.


Le secteur du Bâtiment et des Travaux Publics sera particulièrement touché, dégradant un peu plus encore sa situation, augmentant le nombre de faillites et les suppressions d'emplois.

 

A l’instar des milliers de communes de France et autant d’élus issus de toutes les sensibilités politiques, regroupés au sein de l’Association des maires de France et des présidents d’intercommunalité (AMF), je refuse que vous soyez privés des services essentiels qui font votre quotidien et fondent notre « vivre ensemble ».

 

Je vous appelle donc à vous mobiliser avec tous les élus et moi-même.

 

En parallèle, à l'initiative de l'AMF et relayée par l'AMJ, des initiatives similaires seront organisées ce même jour dans les villes et villages du Jura par les élus locaux afin de sensibiliser la population à cette baisse dramatique des dotations d'Etat.

 

Enfin, samedi matin place de la Liberté, nous proposerons de signer à tous ceux qui le souhaitent "l'Appel du 19 septembre pour les communes de France" (accessible sur le site de l'AMF www.amf.asso.fr)

 

AMF, AMJ, baisse des dotations, ensemble faisons cause commune, Lons le saunier, Jacques Pélissard

> Inauguration de la légumerie bio

Vendredi 11 septembre, j'ai inauguré la légumerie biologique de Lons-le-Saunier destinée à alimenter le restaurant municipal de la Ville, qui sert je le rappelle 1 200 000 repas par an (à destination des écoles, des EHPAD, des centres aérés, du portage de repas à domicile, de l'Hôpital, et du grand public via un self quotidien), en légumes bio de proximité.

 

Grâce à un partenariat efficace avec l'Etat, l'Agence de l'Eau, le Conseil Régional et le Conseil Départemental (qui nous ont apporté 80% de subventions, le reste étant porté par un auto-financement de la Ville de l'ordre de 270 000 euros), les légumes de notre restauration collective seront désormais entièrement bio !

Il s'agit là d'une démarche pionnière en France.


Elle apportera à notre restaurant municipal - qui faisait déjà figure de référence en matière de restauration collective bio - une qualité de produits, une qualité d'approvisionnement et une qualité gustative supplémentaires à destination des habitants de notre bassin de vie.

 

Pour notre Ville, il s'agit là d'un maillon supplémentaire au sein de notre politique de développement durable.

Depuis notre démarche de protection de nos ressources en eau et le passage des agriculteurs en bio, nous souhaitions aller plus loin en terme de fourniture de légumes bio.

Le boeuf, le pain et les laitages étaient déjà entièrement bio, au tour désormais des légumes.

 

Cette réalisation a aussi été rendue possible grâce à un partenariat très fort avec le Groupement des Agriculteurs Biologiques du Jura (GAB 39).

Ces derniers, en plus des jardins de l'association d'insertion Elan, nous fourniront en légumes et en fruits de proximité. Ainsi, 6 maraîchers dans le Jura et 2 en Côte d'Or répondront à l'essentiel des besoins de légumes bio de saison du restaurant municipal. Et ce dans un rayon d'approvisionnement de 70 kilomètres seulement.

 

Pour nous, cela représente une garantie de qualité, de fraîcheur et de proximité à un prix maîtrisé car directement du producteur à l'assiette.

Pour les agriculteurs, une garantie de marché garantie non négligeable avec un partenaire fidèle et solvable.

En effet, pour son démarrage, notre légumerie bio table sur 140 tonnes de légumes traités par an, avec un objectif de 200 tonnes d'ici 2020.

 

France 2, reportage, cuisine centrale, restaurant municipal, bio, local, circuits courts, restauration collective, lons le saunier, elise lucet, jacques pelissard, didier thevenet

> France 2 en reportage sur la cuisine centrale

J'ai reçu le 8 septembre l'équipe de tournage du Journal Télévisé de France 2 pour présenter la cuisine centrale de Lons-le-Saunier et ses soixante agents, qui conçoivent les repas servis au restaurant municipal, à l'hôpital, dans les écoles de la ville et les livraisons à domiciles du SICOPAL, en privilégiant les circuits courts et le bio.

Aujourd'hui cet équipement produit 1 200 000 repas par an !


Au côté du chef Didier Thévenet qui dirige l'ensemble, ils ont pu découvrir la toute nouvelle légumerie bio avant son inauguration elle permettra de traiter et de stocker 1,5 tonnes de fruits et de légumes chaque jour, venant essentiellement de producteurs locaux.


Ce nouvel équipement s'inscrit dans une démarche cohérente qui vise à valoriser les productions locales, à protéger notre environnement et à concevoir des repas de qualité à des prix accessibles.
Par son action constante depuis de nombreuses années, la Ville de Lons fait aujourd'hui figure de modèle national.

 

Vous pouvez retrouver ce reportage sur le site de FranceInfo:

Quand le bio s'impose dans les restaurations collectives

 

France 2, reportage, cuisine centrale, restaurant municipal, bio, local, circuits courts, restauration collective, lons le saunier, elise lucet, jacques pelissardFrance 2, reportage, cuisine centrale, restaurant municipal, bio, local, circuits courts, restauration collective, lons le saunier, elise lucet, jacques pelissard, didier thevenet

> Rénovation de l'école François Rollet

Le 31 août, j'ai présenté à la presse les travaux réalisés cet été dans le groupe élémentaire François Rollet, au coeur du quartier de la Marjorie.

En l'espace de 7 semaines, les équipes d'EDF Optimal Solutions (EOS) ont rénové cet ensemble qui accueille quelque 170 enfants de maternelle et élémentaire de la Zone Urbaine Sensible.


La Ville a investi là un peu plus de 1,2 million d'euros pour isoler par l'extérieur, changer les 160 fenêtres des deux bâtiments, les rendre parfaitement accessibles aux personnes à mobilité réduite, retravailler les éclairages pour qu'ils soient plus performants et moins énergivores, réorienter les entrées par rapport à la logique ensemblière du quartier.


Ces travaux à l'école François Rollet font partie du Marché de Performance Energétique passé entre la Ville et EOS.

Ce marché garantit sur contrat une baisse de 42% des consommations énergétiques et de 63% des émissions de gaz à effets de serre des bâtiments rénovés.

Surtout, il permettra aux élèves et au personnel enseignant de Rollet de travailler dans des conditions optimales.


Après le groupe scolaire Prévert et le centre social en 2014, l'école François Rollet cet été, ce sera au tour, dans un mois, de l'ex MJC dans le cadre de ce marché à performance énergétique d'être rénovée pour une enveloppe de plus de 700 000 euros.

 


> Inauguration de la plate-forme de tri des textiles de Sellières

J'ai participé à l'inauguration de la plateforme textile du Collectif Textile Franc-Comtois de Sellières ouverte en 2014, après quelques années d'installation à Lons-le-Saunier.

 

Aujourd'hui, 20 salariés travaillent, en contrat d'insertion, au tri des textiles qu'ils reçoivent de différentes structures telles qu'Oasis ou encore Emmaüs.

Ils séparent quotidiennement les différents types de textiles, par matières et par qualité.
Certains textiles sont recyclés et transformés pour servir de matières premières à la fabrication de nouveaux produits.
Cela représente environ 40% du tri.
Plus de 1500 tonnes sont traitées chaque année, dépassant le seuil de viabilité économique.

 

Ce type de structure jurassienne est un véritable modèle français, quelque chose d'unique.
Qui plus est, son montage financier est un gage de pérennité pour l'avenir.
Cette plateforme place, un peu plus encore, le bassin de Lons-le-Saunier comme la référence française, le bassin pilote, en terme de recyclage des déchets.

 

Je suis particulièrement heureux et fier de ce succès local qui est une application concrète d'un amendement que j'ai déposé au Projet de Loi de Finances 2007, qui a imposé à toutes les personnes physiques ou morale mettant sur le marché des produits textiles d'habillement de contribuer ou de pourvoir au recyclage et au traitement des déchets issus de ces produits.

 

Nous avons ainsi créé un nouvel éco-organisme : Eco TLC et lui avons affecté une ressource pérenne pour structurer cette filière.

 

J'ai décliné ainsi le principe de la responsabilité élargie des producteurs, que nous avions déjà mis en place, avec l'Association des Maires de France, pour les Déchets d'Equipements Electriques et Electroniques, ainsi que pour les imprimés gratuits distribués dans les boîtes aux lettres.

 

Ce principe français de responsabilité du producteur a montré son intérêt dans la gestion des déchets ménagers, il m'a donc semblé pertinent de l'étendre à d'autres secteurs.

 

Ce dispositif a été élaboré par une commission que j'ai eu l'honneur de présider, réunissant les industriels du textiles, les distributeurs, les importateurs, les associations de consommateurs et les associations caritatives qui traitent les déchets textiles, comme Emmaüs, présidé à l'époque par Martin Hirsch, et Tissons la solidarité.

 

Notre commission a approuvé à l'unanimité le principe d'une éco-contribution sur les tonnes de textiles mis en vente chaque année, qui produisent 600 000 tonnes de déchets.

 

Il s'agit du premier dispositif de retraitement des textiles mis en place en Europe, n'ayant pas été initié par une quelconque directive européenne.
C'est donc une innovation française, économique, écologique, créatrice d'emplois et de lien social !

> Jumping International 2015

La 26e édition du Jumping international de Lons-le-Saunier, à Montciel, s'est terminé hier soir après quatre jours de compétition.

Cet évènement, parrainé et porté par la Ville aux côtés de Société Lédonienne de Concours Hippiques du président Maurice Gallet, donne à Lons un retentissement extraordinaire en terme d'attractivité.

Bravo à tous les bénévoles et aux sponsors qui permettent une telle réussite !

 

Equitation, Jumping international, Lons le saunier, Jacques Pélissard, Constant van Paesschen, grand prix Véolia

> Incendie à Juraparc

Chers amis, j'ai la tristesse de vous annoncer que notre parc des expositions, Juraparc, a été en proie à un violent incendie dans la nuit du 11 au 12 mai.

 

Aucune victime n'est heureusement à déplorer.
Les dommages sur le bâtiment sont en revanche très préoccupants et une expertise sera réalisée dans les meilleurs délais pour estimer le coût de sa reconstruction ou de sa réhabilitation.
D'après les premières informations que j'ai reçues cette nuit en me rendant sur place, le feu se serait déclaré dans la partie centrale du bâtiment. Dans l'attente de l'enquête, aucune piste, criminelle ou accidentelle, n'est privilégiée.


Au-delà du coût matériel, je suis extrêmement préoccupé par la perte d'usage de ce bâtiment qui était loué 300 jours sur 365. Je pense dans l'immédiat au Jura de haut en bas, au forum pour l'emploi, à la Foire du Jura...

 

Je réunis en urgence dès ce matin, 11 heures, les services de la Ville pour rapidement mettre en place des solutions de remplacement et assurer au mieux, dans la mesure de nos moyens, les événements et manifestations prévus.

 

Je tiens à remercier les pompiers et les services de police,
les adjoints présents sur place à mes côtés, Daniel BOURGEOIS, 1er adjoint, Richard FICHET, conseiller municipal délégué à la sécurité,
les services municipaux, Isabelle ARNAL et Dominique BRUNET,
ainsi que le Maire de Montmorot, André BARBARIN, pour sa solidarité.

 

Incendie, parc des expositions, lons le saunier, Juraparc

Incendie, parc des expositions, lons le saunier, Juraparc

Incendie, parc des expositions, lons le saunier, Juraparc

Incendie, parc des expositions, lons le saunier, Juraparc

> Une toile représentant « le vœu de Louis XIII » retrouvée à Lons !

La découverte d'un tableau représentant « le vœu de Louis XIII », répétition du tableau d'Ingres exposé à Montauban, est une magnifique trouvaille pour notre Ville de Lons-le-Saunier.

Hier, les agents de la Ville (photos), sous le contrôle et la supervision de Madame Catherine Lebret, ont procédé à l'évacuation de l'oeuvre vers le Centre René-Rémond qui abrite les réserves du musée des beaux-arts.
Désormais, un comité scientifique composé d'experts chargés de son authentification officielle, va se réunir dans les prochaines jours avant le temps de la restauration financée par la DRAC et la Ville.
Depuis cette découverte, nous avons tout mis en oeuvre pour protéger l'oeuvre et garantir le fait qu'elle restera à Lons. Pas question de la voir partir vers un musée national !

Elle a été mise en dépôt à Lons, on l'a retrouvée à Lons et on l'admirera donc à Lons !

En tous cas cas lorsque notre projet de grand musée des beaux-arts et d'Archéologie verra le jour...

 

Lons le saunier, art, culture, peinture, toile, musée, IngresLons le saunier, art, culture, peinture, toile, musée, Ingres

> Projet de loi Santé : préservons l'équilibre de la loi Evin

Nombre de viticulteurs m'ont écrit pour me faire part de leurs inquiétudes concernant le projet de loi Santé porté devant le Parlement par Madame le ministre, Marisol TOURAINE.

 

Ce projet de loi prévoyait notamment de modifier le dernier alinéa de l’article L. 3323-4 du code de la santé publique. Il aurait renvoyé à un arrêté ministériel la définition du message sanitaire devant figurer dans la publicité des boissons alcooliques, « l’abus d’alcool est dangereux pour la santé ».

 

Cette mesure aurait ouvert la porte à l'inscription de messages mortifères sur les bouteilles de vin.

 

La loi Evin fait aujourd'hui consensus et son équilibre doit être préservé. Il repose sur un message de modération de la consommation et non de stigmatisation du produit.

 

On ne saurait réduire le vin, produit d'excellence du repas gastronomique français, lui-même reconnu patrimoine culturel immatériel de l'humanité depuis le 16 novembre 2010 par l'UNESCO, notamment pour son accord entre les vins et les mets, à l'alcool qu'il contient.

 

C'est en ce sens que j'ai cosigné l'amendement de suppression de mon collègue Alain SUGUENOT, Député-Maire de Beaune, au côté notamment de l'ancien ministre de l'Agriculture, Bruno LE MAIRE.

 

Dans la nuit du mercredi 1er au jeudi 2 avril, nous sommes parvenus à convaincre la ministre de la Santé de retirer plusieurs amendements dont l’adoption aurait modifié les équilibres de la loi Evin, dont celui-ci.

 

Nous avons donc gagné une bataille et nous conservons le principe de modération qui alerte sur l'abus d'alcool, sans stigmatiser nos produits de culture et d'excellence, dont le vin fait partie.

> Inauguration de la place Jean RICART

J'ai inauguré ce matin rue de la Paix, dans le quartier des Toupes, la place Jean RICART.

Jean RICART était le chef de l'Armée Secrète du secteur de Lons-le-Saunier.


Il était une figure de la ville : venu dans le Jura en tant que rugbyman catalan renommé, entraîneur et capitaine du CSL, il travaillait alors aux fromageries Bel.
Sa personnalité et son charisme étaient estimés des Lédoniens.

 

Entré en Résistance dès 1941, après avoir été fait prisonnier une première fois, il a joué un rôle considérable dans la Résistance locale, pour laquelle il organisera, avec son équipe, de nombreuses opérations au péril de sa vie : acheminement d'armes et de matériel, actions contre les miliciens et les dépôts de matériel destinés aux Allemands ou aux chantiers de jeunesse.

 

La plus importante étant bien sûr la Libération de la ville de Lons-le-Saunier, le 25 août 1944, au cours de laquelle il sera blessé.

 

Chevalier de la Légion d'Honneur, titulaire de la médaille de la Résistance, il décède en 1976.

 

Entouré de ceux qui ont côtoyé Jean RICART, qui ont combattu à ses côtés et participé à la Libération de Lons-le-Saunier, par ses propres forces.

 

Geste héroïque qui honore chacun de ceux qui ont participé à ce fait d'armes et ont ainsi permis d'éviter le massacre qu'auraient provoqué les affrontements entre l'armée de Libération et l'armée d'occupation dans les rues de Lons.

 

En présence de sa fille, Christiane, de ses petits-enfants, Bernadette et Jean-Luc, de son arrière petit-fils, Jean, que je remercie chaleureusement.

 

Je remercie également Maurice LOISY, dit « Bizy », qui faisait partie du groupe de résistants entraîné par Jean RICART et qui est venu me proposer de baptiser cette place de son nom, au milieu de ce Village neuf qu'il a tant aimé lorsqu'il y résidait et dans cette rue dont le nom même est un symbole : la rue de la Paix.

 

En ce jour, en cette année du 70ème anniversaire de la Libération de la France et de la victoire contre le nazisme,
au nom de la Ville, au nom des Lédoniens et aussi au nom de la République et de la France, j'ai tenu à leur témoigner une nouvelle fois notre gratitude.
Nous n'oublions pas.

 

Lons-le-Saunier, quartier des Toupes, rue de la Paix, Place Jean Ricart, Jacques Pélissard, 70ème anniversaire Libération, Résistance, Mémoire

Lons-le-Saunier, quartier des Toupes, rue de la Paix, Place Jean Ricart, Jacques Pélissard, 70ème anniversaire Libération, Résistance, Mémoire

> Face à face dans l'Hebdo 39

Chers amis, j'ai accordé un entretien à l'Hebdo 39 que vous pourrez retrouver dans son édition du lundi 9 mars.

L'occasion d'un retour sur l'année écoulée, de donner quelques éléments sur les projets en cours d'ECLA, l'actualité parlementaire et la situation du département.

Je vous en souhaite bonne lecture.

 

Jacques Pélissard, près d'une année vient de s'écouler depuis votre brillante réélection (avec plus de 56% dès le premier tour) comme premier magistrat lédonien. Que retenez-vous du premier exercice de votre dernier mandat ?


"Cette année a vu la concrétisation ou l’avancement de gros projets. Par exemple, le Bœuf sur le Toit va être une salle superbe, isolée sur le plan thermique, sonique, permettant d’accueillir 900 personnes pour des spectacles culturels (musique, théâtre, …) Aussi, la Place de Verdun, qui accueille le marché, va être entièrement refaite avant l’été ; il n’y aura plus de câbles électriques traversant les allées piétonnes du marché alimentaire du jeudi matin ; nous allons acquérir les terrains de la future caserne des pompiers au rond-point de Bercaille, poursuivre les travaux d’accessibilité et d’isolation énergétique (après l’école Prévert, le Centre social et la crèche de Pavigny terminée cet été".


Quand, avec qui et comment comptez-vous procéder au passage de témoin ?


"Je passerai le relais le moment venu... Je forme actuellement à la précision, à la rigueur de gestion, à la conception des projets d’avenir plusieurs jeunes de grand talent qui font partie de mon équipe municipale. J’assurerai la relève générationnelle comme je l’ai fait pour la Présidence de l’Association des Maires de France en mettant en place François Baroin, quand ils seront prêts...

J’ai consacré des années à assainir financièrement la Ville, à la doter d’équipements que beaucoup de villes plus grandes nous envient, j’ai aussi la responsabilité de veiller à l’émergence des responsables municipaux de qualité qui s’investissent déjà pour la Ville et l’Agglo".


Le dernier conseil communautaire d'ECLA (dont vous êtes Président), qui s'est déroulé il y a deux semaines a été assez tumultueux : future implantation de Veolia, création de la ZAC de Courlans-Courlaoux, projet de caserne des pompiers... Autant de sujets contestés par l'opposition. Que répondez-vous à vos détracteurs et à l'inquiétude des habitants concernés ?


"J’ai dit à l’un des candidats (le sortant socialiste de Lons nord), alors qu’il y avait trois autres candidats dans la salle qui, eux, sont restés dignes, que le Conseil communautaire n’était pas un lieu de polémique électorale et de propagation de fausses informations.

A la quasi-unanimité, le Conseil a voté (à quatre voix près) la création d’une Zone d’Aménagement Concertée (ZAC) à Courlaoux, à l’ouest de l’aérodrome.

Ce sera bon pour l’emploi lorsque la reprise économique viendra. Monsieur Duvernet a évoqué "un projet de stockage de déchets", ce qui est faux. Par contre, ce qui est vrai c’est que le Jura, et j’en assume la paternité, est reconnu pour nos actions exemplaires en termes d’environnement, d’économie circulaire, d’écoconstructions, de valorisation pour permettre de dégager des ressources en matières premières secondaires.

Ces actions, déjà menées à Lons, à Bletterans, à Sellières, avec le concours financier des éco-organismes, sont créatrices d’activité générant de l’emploi et des richesses. Une étude menée à la demande du Conseil général a d’ailleurs préconisé ce secteur industriel".


Votre actualité parlementaire semble avoir été assez dense ces dernières semaines...


"Je me suis investi toute la semaine dernière sur l’organisation territoriale (loi NOTRE) et me suis opposé à des mesures dangereuses pour notre ruralité, par exemple un seuil minimal des intercommunalités fixé à 20 000 habitants, la suppression de la notion d’intérêt communautaire qui permet pourtant de répartir harmonieusement les compétences entre communes et intercommunalités, le transfert obligatoire de certaines compétences (par exemple, déchets, eau …) aux interco. Sont aussi prévus dans cette loi des schémas régionaux trop nombreux, prescriptifs, c’est-à-dire s’imposant aux communes et intercommunalités.

Bref, entre des compétences mal définies et des lourdeurs procédurales aggravées, ce texte va encore compliquer la vie territoriale alors même que les ressources des communes en provenance de l’Etat baissent.

Quant au 49.3, il prouve que le Gouvernement n’a plus de majorité, que nous vivrons face à la division de la majorité actuelle (et théorique) au pouvoir, pendant 2 ans, encore une situation d’attentisme. Or, notre pays a besoin d’être plus compétitif sur le plan mondial, avec une action sociale mieux assurée et une fracture territoriale mieux combattue. Mais en 2015, nous avons la possibilité d’envoyer un message précis lors des élections départementales en faveur des candidats de l’union de la Droite et du Centre !"


En tant qu'ancien Président des maires de France, quel est précisément votre avis sur la loi NOTRE ?


"La proposition de loi sur la fusion volontaire des communes (communes nouvelles) que j’ai présentée début 2014, a été votée définitivement cette semaine, et je suis très heureux de cette réussite parlementaire.

Elle va permettre aux communes qui le souhaitent de se regrouper, de bénéficier de plusieurs incitations financières permettant de pallier la baisse des dotations de l’Etat. Mais il faut surtout que les élus municipaux aient la volonté de travailler ensemble, de construire ensemble des territoires cohérents et efficaces au service des populations".


Revenons à un angle plus local. Le premier tour des élections départementales aura lieu dans une quinzaine de jours. Comment ressentez-vous cette élection ?


"Il est impératif de mettre en place une équipe qui gère efficacement le département !

Surtout, il n’est plus possible de laisser filer l’endettement du Conseil général (+ 40 millions d’euros entre 2011 et 2014, soit + 28 %). Aujourd'hui, le Conseil général socialiste sortant en est conduit à utiliser les services d’un cabinet conseil en gestion de dette, tellement il ne sait plus la gérer, avec un coût des honoraires de 200 000 euros cette année !

Il n’est plus possible non plus de consacrer à l’aéroport de Dole-Tavaux des sommes considérables (42 millions d’euros à fin 2016 selon le rapport officiel de la Cour des Comptes) pour des résultats médiocres : seulement 20 % des voyageurs viennent du Jura, alors que le coût de cet aéroport pèse à 100 % sur les Jurassiens. C’est à la Grande Région d’assurer cette charge.

Et que dire des gaspillages en termes de publicité, réceptions, voyages inutiles et coûteux…

A Lons, en arrivant aux responsabilités de la Mairie, j’ai redressé les comptes. Les élus de la majorité nouvelle, dont j’ai formé plusieurs des candidats, auront les mêmes responsabilités pour le Département. Il faut une équipe qui développe des relations apaisées dans la gouvernance du Département.

Le temps de l’arrogance, du mépris, et même du mensonge, doit s’effacer au profit de relations humaines respectueuses des partenaires, des engagements pris pour permettre une gestion saine et efficace du Département.

La majorité nouvelle que j’appelle de mes vœux, avec des candidats que je soutiens, saura ainsi construire un Jura que nous voulons, dynamique, chaleureux et fraternel".

> Belle et heureuse année 2015 !

Chers amis, du fond du coeur, je vous souhaite une belle et heureuse année 2015 pour vous et pour vos proches.

Une pensée spéciale, évidemment, pour tous les habitants du bassin lédonien : ils savent qu'ils peuvent compter sur moi pour rendre notre Ville et notre territoire toujours plus chaleureux, attractif et fraternel !

 

Chaque année, j'adresse un calendrier de bonne année à chaque foyer de ma circonscription. Pour plier et mettre sous enveloppe quelque 41000 exemplaires, je sais pouvoir compter sur des bénévoles, des amis fidèles.
Ils étaient plus de 80 à se réunir, un après-midi de décembre, au Carcom de Lons-le-Saunier et ont réussi leur mission en moins de cinq heures !

Du fond du coeur, merci à tous pour votre efficacité et votre fidélité.

 

Calendrier, Voeux, 2015, Jacques Pélissard

> La rue Georges Camuset est ouverte !

Nous avons inauguré, avec les élus de la Ville et d ECLA la rue Georges Camuset qui va permettre de désengorger l'entrée/sortie de la zone industrielle de Lons en soulageant le carrefour du boulevard de l'Europe.

Elle permettra aux salariés de la zone de gagner du temps et de la sécurité chaque matin et soir, aux entreprises un meilleur accès pour un meilleur développement économique.

Les cyclistes n'ont pas été oublié avec la création d'une double bande cyclable.

Enfin les habitants de Panessières ou encore Conliège et Perrigny, bref du nord de Lons, d'éviter les bouchons de l'entrée de Ville.
La réalisation a coûté 800 000 HT financée par ECLA (500 000 euros), la Ville (200 000 euros) et des fonds ministériels que j'ai obtenus (100 000 euros).

 

 

Inauguration, rue Georges Camuset, Lons-le-Saunier, ECLA, urbanisme, voirie, Jacques Pélissard

> Rencontre avec Monsieur Philippe Wahl, PDG du groupe La Poste

Je viens de recevoir Monsieur Philippe Wahl, président directeur général du groupe La Poste, en mairie de Lons-le-Saunier.

En tant qu'administrateur national du groupe, je le côtoie depuis de nombreuses années à Paris mais je tenais à l' accueillir, ici à Lons.


Avec lui, nous avons abordé les perspectives nationales de La Poste, mais aussi locales.

Notamment l'enjeu capital de la présence postale territoriale sur le bassin lédonien et le département.

En termes de service public et d'aménagement du territoire, dans un contexte certes mondial, la Poste doit rester au contact et à proximité des habitants.

Marier ces deux exigences n'est pas chose aisée, mais à mes yeux l'un ne va pas sans l'autre.

 

Jacques Pélissard, Philippe Wahl, Lons-le-Saunier, La Poste, service public, proximité, local, territoire, aménagement

> Succès de la 1ère fête du Verger conservatoire du Solvan

Samedi, la première fête du verger au Solvan a rencontré son public.

Le verger conservatoire de la Ville, l'implication remarquable de JNE et des Croqueurs de pommes à nos côtés, une ambiance nature simple et conviviale...Quel bon moment !

 

Fête Verger conservatoire Solvan écologie environnement préservation nature croqueurs de pommes Jacques Pélissard Jacques Lançon

> Lancement de l'école de la deuxième chance du Jura

J'ai présidé avec John Huet l'assemblée générale constitutive de l'Association de Promotion et de Gestion de l'Ecole de la deuxième chance du Jura.


Elle a pour objet, avec la participation des milieux économiques et éducatifs, d'accueillir de jeunes adultes sortis sans diplôme des systèmes d'enseignement traditionnels, confrontés à des difficultés sociales et humaines marquées en vue de les aider à déterminer un projet professionnel et personnel, à réaliser un parcours de formation adapté en vue de la maîtrise des savoirs de base et à s'insérer durablement dans l'emploi.


L'Ecole disposera de moyens spécifiquement dédiés, tant en locaux qu'en personnel.

Elle mettra en place des moyens pédagogiques innovants, souples et individualisés faisant une large place à l'outil informatique, ainsi qu'aux nouvelles technologies de l'information et de la communication. Ceux-ci seront centrés sur les besoins et les projets des jeunes, portant tout sur les domaines éducatif, culturel et sportif.


L'alternance école-entreprise sera au cœur de la démarche qui a pour objectif de privilégier l'acquisition de compétences professionnelles et sociales.

Cette approche sera rendu possible par un partenariat approfondi avec les acteurs et partenaires locaux, ainsi qu'avec les entreprises en vue de les impliquer dans le processus de professionnalisation des jeunes et de rechercher les qualifications pertinentes correspondantes au marché de l'emploi local.
L'installation, pratique, de cette école, et l'accueil des premiers "élèves" auront lieu, durant le premier semestre 2015.


Là encore, à travers cette initiative que j'ai souhaité, le bassin lédonien démontre sa volonté pionnière en termes de formation et d'accompagnement de nos jeunes en difficultés, au service de l'emploi. Il faut enfin souligner la solidarité exceptionnelle de la très grande majorité des intercommunalités du Jura à travers cette école.

 

Ecole de la deuxième chance Lons-le-Saunier Jura Jacques Pélissard John Huet insertion emploi chomage formation

> Notre Gare a 150 ans !

Lons a fêté le 150e anniversaire de sa gare SNCF.

L'événement a été célébré grâce à la Ville, en collaboration avec l'APVFJ et Ledo Rail. Expositions à l'Hôtel de Ville, à la gare, rappels historiques avec documents d'époque...Une vraie réussite.
Dans quelques mois, après la requalification de la rocade, notre équipe municipale mettra en place un programme ambitieux pour harmoniser, embellir, sécuriser et mettre en valeur l'accès à la gare. Sans oublier bien sûr une parfaite accessibilité.

 

Gare SNCF Lons 150ans Jacques Pélissard Ledorail APVFJ Association Promotion Voies Ferrées Jurassiennes

 


> Acquisition de l'ancienne usine Bourgeois ; la maison de santé en fondation

Dans sa séance du 15 septembre, à l'initiative de notre majorité, le conseil municipal a voté à l'unanimité l'achat, pour 480 000 euros, de l'ancienne usine Bourgeois.

Nous y installerons, dans quelques mois, un grand pôle médical qui abritera notamment une maison de santé pluridisciplinaire.

Pour ce faire, en marge de cette acquisition, l'ARS va lancer un appel d'offres de santé à destination des professionnels : une grande première en Franche-Comté.

Un double niveau d'intervention qui va permettre de lutter efficacement contre la désertification médicale et les prochains départs en retraite de médecins généralistes.

Encore une fois, Lons avance !

> Bonne rentrée à toutes et à tous !

Pour une rentrée des classes réussie dans les écoles maternelles et élémentaires de la Ville, j' ai tenu hier à rencontrer les coordinateurs et les animateurs qui vont encadrer les Temps d'Activité Périscolaire (TAP) à Lons dans le cadre du passage de la semaine à quatre jours et demi.
Sur la Ville, 25 personnes supplémentaires ont été recrutées.

Soit 50% d'effectif en plus dans le but d'accompagner au mieux les enfants.

Au delà du flou qui plane autour de la pérennité du fonds de soutien aux communes par l'Etat après 2014/2015, notre majorité municipale a voulu des TAP entièrement gratuits pour les familles lédoniennes.

 

En cette rentrée des classes, et comme chaque année, j'ai visité toutes les écoles maternelles et élémentaires de la Ville.

Afin de permettre un accueil optimal des élèves et du personnel enseignant, notre municipalité a investi près de 110 000 euros en travaux et matériel, avec notamment un accent sur l'équipement informatique.
En parallèle, cet été, le groupe scolaire Prévert a été le premier bâtiment concerné par notre Contrat de Performance Energétique (CPE) qui va concerner, d'ici 2016, 8 bâtiments de la ville dont 5 écoles et trois centres sociaux.

A Prévert, en 7 semaines cet été, 1,7 millions d euros ont été investis : près de 250 huisseries ont été changées, l'isolation extérieure et des combles renforcée, un ascenseur aménagé pour permettre l'accessibilité complète du bâtiment aux personnes a mobilité réduite.

 

Objectif : 42% de dépenses énergétiques en moins par bâtiment et moins de 63% d'émissions de gaz a effet de serre garantis par contrat.

Si EDF ne tient pas ses engagements, l'entreprise payera des pénalités à la Ville.


Pour la commune, il s agit d'un investissement de 6,8 millions d'euros sur trois exercices.

Avec une grande première nationale : la Ville financera intégralement son Contrat de Performance Energétique pour une meilleure maîtrise des taux et une efficacité toujours recherchée de la dépense publique.

 

Rentrée scolaire école ville Lons le saunier groupe scolaire Prévert Contrat Performance Energégique investissement Jacques Pélissard Jean Marc Vauchez rythmes scolaires temps d'activité périscolaire TAP

> Lons : ville pionnière en France pour le respect de l'environnement !

"J'ai tenu, jeudi matin, une conférence de presse dans les salons de la questure de l'Assemblée Nationale devant les Médias nationaux spécialisés dans les questions de développement durable.
Je leur ai présenté l'ensemble des actions qui font de Lons-le-Saunier une ville pionnière en France en terme de respect de l'environnement : tri des déchets, réseau de chaleur collective, qualité de l'eau, restauration collective basée sur le bio, circuits courts...


Dernière innovation : la mise en place d'un contrat de performance énergétique de 6,8 millions d'euros sur trois ans qui va permettre de rénover, isoler et de rendre accessible entièrement 8 bâtiments de la ville dont 5 écoles. Sur ce dossier, nous travaillerons avec EDF Optimal Solution. Le président national, Monsieur Emmanuel Desmoulins, était ainsi à mes côtés lors de cette conférence de presse pour présenter ce CPE unique en France pour une commune de notre taille; et unique aussi dans le fait qu'il sera financé à 100% par la Ville.


Objectifs contractuels sur 16 ans : 42% d'économie d'énergie sur ces bâtiments et 63% d'émission de gaz a effet de serre en moins !

Un meilleur accueil surtout pour le public, des conditions optimales pour les enfants, les agents de la Ville et les professeurs, des bâtiments rénovés et améliorés...
Premiers travaux au Centre Social courant juillet."

 

Jacques Pélissard, Lons le Saunier, environnement, écologie, tri des déchets, réseau de chaleur collective, qualité de l'eau, restauration collective basée sur le bio, circuits courts, EDF, contrat de performance énergétique, Emmanuel Desmoulins


> Le quartier Marjorie/Mouilleres retenu parmi les 1300 quartiers prioritaires de la politique de la Ville

"Une bonne nouvelle pour Lons-le-Saunier : le quartier Marjorie/Mouilleres fait partie de la liste des 1300 quartiers prioritaires de la politique de la Ville (contre près de 2500 jusqu'à présent) qui vient d'être dévoilée par le Gouvernement. En partant d'un critère unique : la concentration de la pauvreté.
Ces nouveaux contrats de ville succèderont aux CUCS en 2015.


Il s'agit d'une très bonne nouvelle pour la Ville, le quartier et surtout ses habitants pour trois raisons :
1. Cela nous permettra de continuer à bénéficier, dans le contrat de la politique de la Ville, d'une enveloppe financière de près de 200 000 euros par an pour les différentes associations du quartier.
2. En terme de cohésion sociale, cela nous garantit de conserver les 750 000 euros annuels de DSU, les aides financières destinées aux habitants du quartier pour l'accession à la propriété, sans oublier une exonération fiscale pour les bailleurs sociaux.

Ainsi, en 2012, l'OPH a bénéficié d'une exonération de 244 000 euros sur les logements sociaux de la ZUS, le Foyer Jurassien de 38500 euros.
3. La Région Franche-Comté va, sur les six ans qui viennent, bénéficier d'une enveloppe de fonds FEDER de 10 millions d'euros pour financer des investissements dans ces quartiers prioritaires. D'où une partie pour la ZUS Marjorie/Mouillères.
Enfin, même si cela ne nous garantit pas une automaticité, ce placement en quartier prioritaire était une condition sine qua non pour revendiquer un nouveau programme (que j'appelle ANRU 2) sur le quartier, et qui serait cette fois plus tourné sur les Mouillères.

Réponse en septembre prochain.


Après mes différentes rencontres avec les ministres de la politique de la Ville de François Hollande, Monsieur Lamy d'abord, puis le 10 juin dernier Madame Najat Vallaud Belkacem, j'espérais sincèrement une telle annonce.

Ces interventions ainsi que notre détermination sont donc couronnées de succès afin d'améliorer les conditions de vie de nos concitoyens."

> Célébration de l'appel du Général de Gaulle

"Il y a 74 ans, le Général De Gaulle lançait son célèbre appel du 18 juin 1940.

Ce soir, à Lons, nous avons commémoré cet événement majeur de l'histoire de France. Cet instant où le Général, au nom de la Nation, a dit non à la barbarie, non au renoncement, non à la fatalité de l'occupant.
Résister, se relever, refuser de se soumettre...Revendiquer et affirmer les valeurs fondatrices de notre République, même au coeur des pires difficultés...74 ans après, cet espoir dans le tumulte, cette lueur dans la grisaille est encore terriblement moderne."


Jacques Pélissard, Général de Gaulle, appel, 18 juin, Lons le saunier

> Convention de valorisation des déchets alimentaires

"Il s’agit sans doute là d’une première dans le domaine de la restauration collective, et c’est à Lons-le-Saunier qu’elle va voir le jour.

J’ai signé, en début d’après-midi en tant que président du Syndicat Mixte pour  la Cuisine Centrale, une convention avec les services vétérinaires de la Préfecture et Monsieur Michel Liégeon, un éleveur de chiens situé près de Pont-de-Poitte, afin de permettre à ce dernier de récupérer les déchets alimentaires que nous jetions jusqu’alors. Dans le cadre de la gestion des déchets, la cuisine centrale était en effet obligée de trouver une solution pour le traitements des déchets alimentaires d’ici à fin 2014.

Nos déchets alimentaires ultimes, et donc inutilisables, étaient jusqu’alors destinés au compostage, avec un coût non négligeable de traitement pour notre syndicat mixte (500 euros la tonne).

Désormais, ils seront donnés à Monsieur Liégeon qui, après un protocole sanitaire très strict, pourra nourrir ses chiens de meute uniques en France, puisqu’il reproduit la race des chiens blancs de François 1er.

Notre restaurant municipal récoltera ainsi 15 kg de déchets alimentaires chaque jour. A charge pour l’éleveur de gérer le conditionnement de cette nourriture et de venir expliquer sa démarche aux clients du restaurant, pour les inciter à un tri optimal de leurs déchets alimentaires à la fin du repas.

Ce sera ainsi des économies intelligentes pour notre syndicat mixte mais aussi pour l’éleveur. Une manière, aussi, de participer à la renaissance d’une race canine quasiment disparue aujourd’hui.

Après la démarche du tri des déchets, puis l’instauration du bio dans les assiettes, voilà une nouvelle démarche cohérente et innovante pour notre restauration collective."

convention, restaurant municipal, éleveur, valorisation, déchet, tri, recyclage, aliment, restauration collective, première, Jacques Pélissard, Didier Thévenet, Lons-le-Saunierconvention, restaurant municipal, éleveur, valorisation, déchet, tri, recyclage, aliment, restauration collective, première, Jacques Pélissard, Didier Thévenet, Christophe Bois, Lons-le-Saunier

Il s’agit sans doute là d’une première dans le domaine de la restauration collective, et c’est à Lons-le-Saunier qu’elle va voir le jour.

J’ai signé, en début d’après-midi en tant que président du Syndicat Mixte pour  la Cuisine Centrale, une convention avec les services vétérinaires de la Préfecture et Monsieur Michel Liégeon, un éleveur de chiens situé près de Pont-de-Poitte, afin de permettre à ce dernier de récupérer les déchets alimentaires que nous jetions jusqu’alors. Dans le cadre de la gestion des déchets, la cuisine centrale était en effet obligée de trouver une solution pour le traitements des déchets alimentaires d’ici à fin 2014. Nos déchets alimentaires ultimes, et donc inutilisables, étaient jusqu’alors destinés au compostage, avec un coût non négligeable de traitement pour notre syndicat mixte (500 euros la tonne).

Désormais, ils seront donnés à Monsieur Liégeon qui, après un protocole sanitaire très strict, pourra nourrir ses chiens de meute uniques en France, puisqu’il reproduit la race des chiens blancs de François 1er.

Notre restaurant municipal récoltera ainsi 15 kg de déchets alimentaires chaque jour. A charge pour l’éleveur de gérer le conditionnement de cette nourriture et de venir expliquer sa démarche aux clients du restaurant, pour les inciter à un tri optimal de leurs déchets alimentaires à la fin du repas.

Ce sera ainsi des économies intelligentes pour notre syndicat mixte mais aussi pour l’éleveur. Une manière, aussi, de participer à la renaissance d’une race canine quasiment disparue aujourd’hui.

Après la démarche du tri des déchets, puis l’instauration du bio dans les assiettes, voilà une nouvelle démarche cohérente et innovante pour notre restauration collective.

> Un vaste plan d'économies supplémentaires pour faire face à la baisse des dotations de l'Etat

"Face à la véritable saignée des dotations que nous impose l’Etat, j’ai décidé de lancer un vaste plan d’économies supplémentaires à l’échelle de la Ville de Lons-le-Saunier.

Depuis de nombreuses années déjà, j’ai imposé une véritable chasse au gaspi de la dépense publique aux élus et aux agents.

Avec près de 33% de DGF en moins d’ici 2017, c’est quelque 3 millions d’euros cumulés entre 2014 et 2017 que l’Etat nous allouera en moins, alors que justement ces dotations sont des compensations sur des impôts que l’Etat avait repris à son compte !

Dans le même temps, l'Etat nous impose toujours plus de compétences et donc de charges non compensées ...

Dans ce contexte extrêmement contraint, la solution d’ajustement la plus facile, la plus confortable, serait de baisser l’investissement de la commune qui est, en moyenne, de 8 millions d’euros par an. Quand on sait que 71% de l’investissement public civil en France provient des collectivités territoriales, prendre une telle décision équivaudrait à affaiblir nos entreprises qui n’ont pas besoin de ça, mais aussi à baisser la qualité des équipements et des infrastructures à destination des habitants.

Comme, dans le même temps, je me refuse à augmenter les impôts locaux ou à endetter la ville (j’ai baissé l’endettement de plus de 50% depuis que je suis maire), alors j’ai déclenché ce vaste plan d’économies de fonctionnement.

Première mesure symbolique mais réelle : la suppression de la réception du 13 juillet aux forces vives de la Ville, soit une économie de quelque 10 000 euros.

D’autres économies suivront, nous raboterons différents types de dépenses.

La mutualisation des services de la Ville et de l’Agglomération sur un même site vont déjà nous permettre de faire des économies d’échelle. Certains postes, de réceptionnistes notamment, ne seront pas remplacés. Des frais de réception, d’animation, d’illuminations ou encore des économies de flux seront opérés. Nous n’excluons rien. Des propositions seront faites au Comité Exécutif Local pour prendre les mesures nécessaires dès cet automne.

Le but, vous l’avez compris, est de maintenir notre capacité d’investissement, l’attractivité économique et le dynamisme de notre Ville mais de gommer ce qui n’est pas indispensable. C’est mon devoir d’anticiper ces baisses d’Etat (qui sont déjà de 200 000 euros cette année), ma responsabilité de maire de mettre en place ce plan d’économies sur le fonctionnement.

Je le dis, je le ferai !"

> Réunion avec les riverains de la rue de Pavigny

"J'ai organisé, ce soir, une réunion de travail avec les riverains de la rue de Pavigny pour faire un bilan, avec eux, sur le passage en sens unique de cet axe important pour la desserte du Centre Social et des Thermes notamment.


Au terme de débats constructifs et enrichissants, nous avons étudié les possibilités d'aménagements concrets et surtout partagés. Il est important, aux yeux de notre équipe, de conduire les projets au plus près des désirs des habitants.


Sur cet aménagement, il fallait garantir la sécurité des piétons et des riverains, offrir aux familles une dépose minute sécurisée pour l'accès au centre social et à la crèche, un stationnement plus long pour les utilisateurs des thermes mais aussi du centre social et enfin limiter la vitesse.

Grâce à cette concertation, tous ces facteurs seront garantis après les travaux que nous réaliserons dans les prochains mois."

 

Réunion quartier poximité habitants riverains rue de Pavigny Centre Social Thermes Jacques Pélissard Laura Landry

> Jacques Pélissard rencontre Arnaud Danjean

Jacques-Pelissard-Arnaud-Danjean-Joseph-Daul-Anne-Sander-Mai-2014Jacques Pelissard a reçu récemment Arnaud Danjean et Anne Sander, numéros 2 et 3 de la liste UMP aux élections européennes, accompagnés de Joseph Daul, Président du Parti Populaire Européen (PPE).

> Réforme des rythmes scolaires : réaction de Jacques Pélissard aux propositions du ministre

"Je prends acte de cette prolongation, mais le compte n’y est encore pas
Je souhaite que des éclaircissements soient donnés : il reste en effet beaucoup d’incertitudes, sur le montant du fonds recalibré comme sur les modalités d’application.
Je maintiens ainsi, au nom de l'AMF, toutes nos demandes de nouveaux assouplissements et j'alerte solennellement le gouvernement : faute de réponses complètes à ces préoccupations, de nombreuses communes auront beaucoup de difficultés à appliquer la réforme."

> 8 mai 1945 – 8 mai 2014

Jacques Pélissard a participé à la cérémonie de commémoration du 8 mai 1945, au Monument aux Morts de Lons-le-Saunier. Un moment qui répond au devoir de mémoire républicain, et que de nombreux Lédoniens sont venus partager.

 

8-mai-2014-Jacques-Pelissard

> Réforme des rythmes scolaires : Jacques Pélissard rencontre Benoît Hamon

Jacques Pélissard a rencontré Benoît Hamon, le ministre de l’Éducation nationale, sur la réforme des rythmes scolaires. Cette rencontre faisait suite à une demande de l’AMF qui relayait les très fortes inquiétudes des maires sur la mise en place de cette réforme, tant au niveau des difficultés pratiques que sur la question de son financement.
L’AMF a pris acte des annonces récentes du ministre de l’Education nationale allant dans le sens d’un assouplissement et qui devraient se concrétiser dans un nouveau projet de décret et de circulaire proposant, à côté du dispositif existant, une expérimentation. La possibilité pour les maires de concentrer les activités périscolaires sur une seule demi-journée devrait faciliter l'organisation de ces activités en milieu rural. L’allongement de l’année scolaire par une réduction du temps scolaire hebdomadaire répond également à la demande de certaines communes.
Mais l’AMF a des interrogations sur ces propositions. C’est pourquoi Jacques Pélissard a demandé au ministre de clarifier certains points du dispositif d’expérimentation et notamment sur les conditions nécessaires pour entrer dans cette expérimentation, les règles d’encadrement et de qualification des intervenants applicables aux activités regroupées sur une demi-journée, la question des maternelles, la faisabilité du calendrier applicable aux demandes d’expérimentation…
Toutefois ces assouplissements n’apportent pas de réponse à la question cruciale du financement de la réforme
En effet, la mise en place de la réforme des rythmes scolaires devrait coûter entre 900 millions et 1 milliard d’euros aux collectivités, soit près de 150 euros par an et par enfant. Dans un contexte de diminution drastique des dotations initiées dans le cadre du plan de onze milliards d’euros d’économie demandées aux collectivités par le gouvernement, les communes ne sont pas en mesure de financer durablement un tel montant de dépenses.
C’est pourquoi Jacques Pélissard a demandé le renforcement et la pérennisation du fonds d’amorçage.

> Assemblée Générale des Maires du Jura

Jacques Pélissard a assisté mercredi 7 mai à Juraparc à l'assemblée générale de l'association des Maires du Jura, laquelle a rassemblé de nombreux nouveaux maires élus en mars dernier.

 

Jacques-Pelissard-Association-Maires-Jura-7-mai-2014

> Jacques Pélissard rencontre le Premier ministre sur la réforme territoriale

Jacques Pélissard a relayé auprès de Manuel Valls les inquiétudes des Maires et des collectivités face à la baisse des dotations de l'Etat.

 

Communiqué de l'Associations des Maires de France :

 

Baisse des dotations : une ponction insoutenable pour l’AMF

Lors de la réunion de son Comité directeur ce jour, l’AMF s’est alarmée des répercussions de la baisse drastique des concours financiers versés aux collectivités locales (11 milliards), annoncée sur la période 2015-2017 dans le cadre du plan d’économies de 50 milliards d’euros. Ajoutée à la baisse de 1,5 milliard déjà appliquée en 2014, la perte de ressources atteindra, en 2017, 12,5 Md€ par rapport à 2013, représentant une diminution de 30% de la DGF, soit une perte nette en masse de 28 milliards cumulés sur la période 2013-2017 !
Cette baisse constituera une diminution considérable des ressources des collectivités locales, bien supérieure à l’effort de l’Etat et de la protection sociale dont les dépenses augmenteront seulement moins vite que prévu. L’AMF dénonce cette différence injustifiée de traitement, la ponction prélevée sur les collectivités étant très supérieure à leur poids réel dans la dépense publique (20%).
L’AMF alerte sur le fait qu’une telle baisse ne pourra être absorbée en l’espace de quatre années sans une remise en cause profonde de l’action publique locale. Les premières prévisions anticipent pour 2014 un recul très marqué de l’épargne brute des collectivités et de l’investissement local, résultat du gel des dotations depuis 2011 puis de leur diminution en 2014.
Cette perte aura non seulement des conséquences sur les services à rendre aux habitants, mais aussi sur l’investissement public local, essentiellement porté par le bloc communal avec un recul de l’emploi notamment dans le secteur du BTP. Les premières estimations anticipent déjà un recul de 5,5 % des investissements locaux en 2014. Pour éviter ce scénario catastrophe, un mécanisme de préservation de ces derniers doit être mis en place en parallèle de la baisse programmée. Une des options consisterait à « flécher » les sommes prélevées au titre de la contribution vers un fonds à destination d’investissements locaux.
Les communes et les intercommunalités devront donc faire des arbitrages douloureux entre les services rendus aux populations, y compris les plus fragiles et une diminution massive de leurs investissements.
Pour accompagner cette diminution des ressources, le gouvernement promet un certain nombre de mesures destinées à alléger les charges locales. Le Comité directeur estime que ces allègements n’auront d’effets sur la dépense locale qu’à moyen terme, la réduction des recettes étant immédiate. Bon nombre de collectivités risquent ainsi le déséquilibre structurel.
Par ailleurs, l’AMF est opposée à l’introduction d’un dispositif de type ʺbonus-malusʺ pour la répartition des dotations. L’AMF estime que les critères de répartition de la DGF doivent rester liés à des éléments objectifs. L’AMF rappelle que la DGF n’est pas un cadeau de l’Etat mais une compensation d’impôts locaux supprimés unilatéralement par l’Etat ou de charges nouvelles imposées tout aussi unilatéralement aux collectivités.
Les élus locaux ne veulent et ne peuvent pas porter seuls la responsabilité de la remise en cause profonde des politiques publiques qui contribuent à la cohésion sociale et au développement de leurs territoires.
Surtout, le bloc communal porte l’essentiel de l’investissement local, et l’AMF pose comme préalable à la discussion une répartition équitable de l’effort entre toutes les catégories de collectivités pour que le bloc communal ne porte pas l’essentiel de la contribution à la réduction du déficit comme c’est déjà le cas en 2014.
C’est pourquoi le Comité directeur de l’AMF demande solennellement la tenue d’une instance de négociation entre l’Etat et les associations d’élus locaux afin de remettre à plat toutes les politiques publiques, nationales et européennes, qui impactent les budgets locaux.

 

 

> Jacques Pélissard plébiscité

Jacques Pélissard a été réélu dimanche 23 mars dès le premier tour avec 56,15% des suffrages exprimés. Il y voit la confiance des habitants dans son bilan, son programme, et le profil d'une équipe rajeunie et renouvelée.

 

Lire l'article du Progrès du 24 mars 2014 :

 

Jacques-Pélissard-Municipales-2014-Le-Progres-24-mars-2014

> Jacques Pélissard préside le 96ème Congrès des Maires et des Présidents de Communautés de France

Jacques Pélissard a lancé lundi 18 novembre les travaux du 96ème Congrès des maires et des Présidents de Communautés de France.

 

Lire son discours :Jacques Pélissard préside le 96ème Congrès des Maires et des Présidents de Communautés de France

 

Jacques Pélissard préside le 96ème Congrès des Maires et des Présidents de Communautés de France

> Jacques Pélissard intervient sur les rythmes scolaires

Jacques Pélissard est intervenu sur TF1 au sujet des rythmes scolaires.

 

 

Voir le reportage :

> Le nouveau Boeuf-sur-le-Toit est sur les rails

Après la Médiathèque (4C) inaugurée en novembre 2012, le multiplexe cinéma Megarama de 7 salles et 1000 places qui ouvrira ses portes fin 2014, l'Hôtel de Balay qui deviendra bientôt un centre d'exposition d'arts plastiques, la Ville de Lons-le-Saunier a décidé de se doter d'une salle de spectacles flambant neuve au Bœuf sur le Toit.
Les travaux viennent de démarrer : ils consistent à créer une salle permettant d’accueillir des manifestations dans un lieu adapté, aussi bien en termes de qualité architecturale, de qualité acoustique et phonique qu’en termes de sécurité et d’accessibilité pour tous.
La salle actuelle était vieillissante et mal adaptée aux nouvelles demandes. Ce projet s’inscrit dans une démarche globale de dynamisation du site du Bœuf sur le toit afin d'en faire un véritable creuset culturel.



Avec les travaux de restructuration des locaux occupés par L’Amuserie en 2007 pour un coût de 68 400 €, l’aménagement de la salle gérée par l’association Cœur de Bœuf en 2008 pour un coût de 50 000 €, la création d’une première tranche de studios son en 2009 pour un coût de 226 000 €, la réfection de la 2ème tranche de studios son (Musik Ap’passionato et Art Sonic) en 2011 pour un coût de 80 000 €, la Ville a déjà réalisé un investissement de 423 000 € (506 125.86 € TTC ) sur le site.
Cette nouvelle tranche de travaux verra naître un bâtiment d’environ 960 m², comportant un hall d’accueil – billetterie de 90 m², une salle de spectacle de 350 m², une scène de 110 m², des loges de 20 m², des locaux techniques scéniques (rangements, locaux régie son, régie lumières) de 110 m², des réserves, des locaux sanitaires, et un espace à l’étage laissant la possibilité d’aménager de nouvelles loges si le besoin s’en fait sentir.
Dans cette tranche de travaux est également prévue la restructuration de la partie droite à l’entrée du site du Bœuf sur le toit pour aménager une maison des artistes d’environ 110 m². Coût total du projet : 2,4 millions d'euros. 
Livraison attendue : 1er trimestre 2015. D'ici là, nous avons 15 mois devant nous pour définir le projet culturel en parfaite synergie et en concertation maximale avec l'ensemble des acteurs associatifs concernés. La consultation a d'ailleurs débuté et commence déjà à porter ses fruits.

> ANRU à la Marjorie : ça avance

Jacques Pélissard a participé à une réunion d'information à la Maison Commune de la Marjorie concernant la réhabilitation et la « résidentialisation » de 32 logements sociaux sur le quartier.
Une opération rendue possible grâce au déclenchement de l'opération Anru, et à une enveloppe de 12 millions d'euros, qu’il obtenue au niveau national. Ceci, couplé à un programme local de l'habitat dans lequel la Ville est évidemment partie prenante (85 000 euros), permet ce type de programme porté par le Foyer Jurassien. 
Un cadre de vie restauré, une meilleure qualité de vie pour les habitants...Certains parlent du logement social, d'autres agissent au profit des citoyens les plus démunis.

> Commémoration de l'Armistice

Jacques-Pelissard-11-novembre-2013-ArmisticeJacques Pélissard a participé à la commémoration du 11 novembre à Lons-le-Saunier.
Il est capital de se souvenir du sacrifice et du courage des Poilus qui ont offert leur vie pour la liberté de notre pays. 
En ce sens, depuis l'an passé et la mise en place d'un conseil municipal des enfants sur la Ville, il trouve important d'associer ces jeunes "élus" aux cérémonies patriotiques qui font l'Histoire de la France. Pour que le souvenir perdure et que les prochaines générations n'oublient pas.

> Jacques Pélissard présidera l'Agence France Locale, la "banque" des collectivités

Jacques Pélissard a été élu, mercredi 23 octobre, Président du Conseil d'Administration de l'Association France Locale, Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon et Président du Grand Lyon, en sera le Vice Président.

Aujourd’hui, onze collectivités se sont réunies pour donner naissance à l’Agence France Locale (AFL), nouvel instrument de financement des investissements locaux, au service exclusif des collectivités, en présence de Marylise Lebranchu, Anne-Marie Escoffier et de représentants des
agences homologues d’Europe du Nord.

Ce projet, que Jacques Pélissard a initié avec Gérard Collomb et Michel Destot, est l’aboutissement de plusieurs années de travail et de portage de convictions auprès du Président de la République, du gouvernement et du Parlement.

Inspirée des agences d’Europe du Nord, l’Agence France Locale a pour objectif de permettre aux collectivités d’être autonomes et de se financer par elles-mêmes, de sécuriser leur capacité à financer leurs investissements, de diversifier leurs sources de financement, de fournir des prêts avantageux aux collectivités.
L’Agence France Locale a pour mission d’emprunter directement sur les marchés financiers et de délivrer des prêts à ses actionnaires, à des conditions privilégiées. 

L’Agence est détenue directement par les collectivités locales adhérentes, dans un esprit de décentralisation et de responsabilité.
L’AFL est scindée en deux sociétés : « L’AFL société territoriale », qui est chargée du pilotage et de la gestion stratégique. Les collectivités adhérentes en détiendront la totalité du capital et en dirigeront le Conseil d’administration ; « l’AFL société financière », qui exercera de façon autonome l’activité de levée de fonds sur les marchés et de prêt.

La première mission de l’AFL sera d’élaborer les critères de sélection des collectivités souhaitant intégrer l’Agence et de constituer le dossier d’agrément auprès de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution.

Créée par et pour les collectivités, l’Agence ne délivrera aucun prêt structuré mais seulement des prêts à taux fixes ou variables simples et s’obligera à traiter à égalité les collectivités à situation financière égale.
L’Agence permettra une saine émulation avec les acteurs bancaires et contribuera ainsi à la baisse du coût des emprunts. Elle a pour ambition d’offrir les premiers prêts dès la fin 2014.

A terme, l’Agence devrait répondre à 25% des besoins de financement des collectivités locales.

 

Voir son intervention :

> Les récompenses de l'Office Intercommunal des Sports

Jacques-Pelissard-Recompenses-OIS-octobre-2013Comme chaque année, les meilleurs sportifs et dirigeants de l'Office Intercommunal des Sports ont été récompensés à Messia-sur-Sorne. Quelque 300 personnes ont participé à cet événement, où plus de 60 médailles et coupes ont été remises aux plus méritants. 
Une belle mise en lumière de nos talents sportifs, dans la droite ligne du succès populaire du Forum des associations, qui avait lieu le 28 septembre dernier. La preuve, une de plus, de l'incroyable vitalité de notre tissu associatif dans l'Agglomération. Félicitations à toutes et à tous !

> 500 participants au thé dansant de la Ville et du CCAS

Jacques-Pelissard-The-dansant-21-octobre-2013La Ville de Lons-le-Saunier et le CCAS ont organisé le traditionnel thé dansant à Juraparc réservé aux retraités lédoniens. Quelque 500 personnes ont dansé au rythme de Maria Coulon et de son orchestre.
C'est toujours un immense plaisir pour Jacques Pélissard que d'aller à la rencontre de nos anciens, qu’il a tenu à saluer un à un. Il a remercié la vingtaine de fidèles bénévoles, et les services de la Ville, qui ont permis le succès de cette manifestation. Solidarité, générosité, fidélité.

> Travaux sur l'hôtel de Balay : la phase 2 est lancée

Jacques-Pelissard-Hotel-Balay-lancement-phase-2La Ville de Lons entame la 2e tranche des travaux de rénovation de l’Hôtel de Balay situé rue des Cordeliers.

La première phase, réalisée en 2012, consistait à réaliser le gros œuvre de la partie basse du bâtiment pour que le parvis de la médiathèque puisse être parfaitement achevé. Ces travaux qui n’ont pu être subventionnés par la DRAC représentent un investissement de 277 087,85 € H.T. pour la Ville.

La deuxième phase de travaux débute pour une durée d’environ 12 mois de travaux. Cette phase de travaux est la plus conséquente avec un investissement de 597 580.76 € H.T. subventionné à hauteur de 145 000 € par la DRAC et 145 000 € par le Conseil Général.

Les travaux consistent à restaurer l’ensemble extérieur de l’édifice soit :
- le remplacement des pierres de taille détériorées
- le remplacement de l’enduit de façade à base de ciment par un enduit à la chaux
- le remplacement de la couverture en mauvaise état
- le remplacement de la zinguerie en fin de vie
- le remplacement le patchwork de menuiserie existante par des menuiseries de style XVIIIè
- la peinture de ces menuiseries

Le coût total de l’opération s’élève à :
958 880.20 € H.T., soit 1 146 820.72 € T.T.C.

A l'issue de ces travaux, l'ensemble composé de la Médiathèque 4C et du Centre d'exposition d'arts plastiques de l'Hôtel de Balay constituera un véritable creuset culturel pour la Ville de Lons-le-Saunier et ECLA. Surtout si l'on y ajoute, à quelques dizaines de mètres, le futur multiplexe cinema Megarama de 7 salles et quelque 1000 places, qui verra le jour lui aussi en 2014.

> Jacques Pélissard au journal Métro : il n'y aura pas d'augmentation des impôts à Lons-le-Saunier

Dans une interview qu’il a accordée au journal Metro, Jacques Pélissard a rappelé que, suite à la baisse drastiques des dotations de l'Etat (-4,5 milliards pour les collectivités territoriales en 2014 et 2015), face à la hausse des prélèvements mais aussi des mesures imposées par l'Etat (réforme des rythmes scolaires, hausses de la TVA, etc), certaines communes risquaient de compenser par une augmentation des impôts locaux.

CE NE SERA PAS LE CAS A LONS-LE-SAUNIER !


Il n’augmentera pas les taux fiscaux des impôts à Lons-le-Saunier, pour le budget 2014, qu’il prépare avec son équipe municipale. Ceci afin de préserver le pouvoir d'achat des ménages déjà fortement impacté par les dernières décisions du gouvernement.
Depuis son élection, Jacques Pélissard n’a jamais augmenté les taux fiscaux des impôts locaux. Il les a même diminués à 5 reprises. Ne pas augmenter les impôts dans un contexte économique aussi contraint, c'est l'efficacité de la dépense publique, en limitant les frais de fonctionnement, tout en conservant une capacité d'investissement réelle pour nos concitoyens.

 

Voir l'article :

> Foire du Jura

Jacques-Pelissard-Inauguration-Foire-du-Jura-11-octobre-2013La Foire du Jura a ouvert ses portes hier, avec pour invité d'honneur le Mexique. Cet événement commercial est attendu par de nombreux professionnels et visiteurs. La Ville de Lons le Saunier, comme l'a rappelé Jacques Pélissard, apporte un concours important pour sa réalisation.

 

 

 

 

 

 

 

 

Jacques-Pelissard-Stand-Foire-du-Jura-2013

> Inauguration des caves Rivoire - Jacquemin

Jacques-Pelissard-Veronique-Rivoire-Caves-Rivoire-Jacquemin-Octobre-2013Jacques Pélissard a participé à l'inauguration des nouvelles caves de l'entreprise Rivoire et Jacquemin à Montmorot. Dans ses locaux, l'affineur à Comté abrite désormais 120 000 meules, soit 31 000 de plus qu'auparavant, sur 17 500 mètres carrés. Une saga familiale qui dure depuis plus de 150 ans.
L'entreprise Rivoire et Jacquemin emploie aujourd'hui une quarantaine de salariés, et représente l'une des plus belles réussites économiques de notre bassin d'emploi à l'export !

> Le nouveau conseil municipal des enfants

Jacques-Pelissard-Installation-conseil-municipal-enfants-2013-2014Félicitations à Timothé Santus, le nouveau maire du conseil municipal des enfants de Lons-le-Saunier. Il succède ainsi à sa ... cousine, Emma Santus (hasard de la démocratie !), qui a brillamment rempli son mandat jusqu'au bout.
Lundi, les 27 conseillers municipaux ont en effet procédé à l'élection de leur nouveau maire. A cette occasion, Jacques Pélissard a remis à Timothé son écharpe de maire et a rappelé aux enfants l'importance de la confiance donnée par les électeurs, de toujours oeuvrer dans le sens de l'intérêt général, et les responsabilités qu'incombe un mandat local. Les enfants vont désormais travailler au sein de trois commissions distinctes : sports, développement durable et culture. Certaines de leurs propositions remonteront devant le conseil municipal ... des grands cette fois-ci.

> Jean-Pierre Coffe parle de Lons chez Laurent Ruquier

Une interview qui fait plaisir ! Samedi soir chez Laurent Ruquier, Jean-Pierre Coffe a spontanément mis en valeur la politique mise en place en matière de restauration collective sur la ville et le bassin de Lons-le-Saunier. Développement du bio, des filières courtes, qualité des produits à un prix maîtrisé, respect de l'environnement, accompagnement des agriculteurs et des producteurs ... Jean-Pierre Coffe a fait de Lons un exemple à suivre au niveau national !

 

Voir :      

> Rythmes scolaires : Jacques Pélissard sur Public Sénat

En direct sur Public Sénat, Jacques Pélissard encore une fois tiré le signal d'alarme concernant le financement de la réforme des rythmes scolaires. Il attend désormais beaucoup de la rencontre programmée avec Jean-Marc Ayrault, le 9 octobre à Paris, avec, il l'espère, enfin une véritable solution de financement de cette réforme pour les collectivités.

 

Voir l'intervention de Jacques Pélissard (extrait de 9'54 à 18'55) :

> Le jardin coréen inauguré dans le prolongement du parc des Bains

Le jardin coréen, donné à la Ville de Lons-le-Saunier par la Ville de Suncheon, a été inauguré le 24 septembre, au cours d'une cérémonie où la culture coréenne a séduit tous les participants. Tant le Maire de Suncheon que l'Ambassadeur de Corée en France, ont redit que le choix de la Ville de Lons avait été dicté par les engagements de cette dernière en matière de développement durable. Le jardin contemporain est une invitation à la quiètude, dans ce qui est désormais l'extension à l'Est du parc des Bains.

 

Jacques-Pelissard-Inauguration-jardin-coréen-septembre-2013-Inauguration

Jacques-Pelissard-Inauguration-jardin-coréen-septembre-2013-Inauguration

Echange de rubans et de cadeaux

 

Jacques-Pelissard-Inauguration-jardin-coréen-septembre-2013-Inauguration-France-3Direct de France 3. de nombreux médias étaient présents.

> Le Maire de Suncheon visite Lons-le-Saunier

A l'occasion de l'inauguration du jardin coréen, Choong-Hoon Cho, Maire de la Ville de Suncheon, Corée, accompagné d'une petite délégation, a visité Lons-le-Saunier et découvert les fleurons de la Capitale du Jura.

Au cours d'une visite en compagnie de Jacques Pélissard, il a notamment découvert la médiathèque intercommunale (la présentation du manuscrit de la Marseillaise a été un moment particulièrement fort), médiathèque dont il a reçu une carte de membre d'honneur.

La visite de l'usine de traitement des déchets du SYDOM l'a définitivement convaincu de l'engagement environnemental de la Ville de Lons, engagement dont il a souligné le rôle dans l'attribution du jardin coréen, face aux villes concurrentes comme Amsterdam ou Berlin.

 

Jacques-Pelissard-Inauguration-jardin-coréen-septembre-2013-Visite-maire-Suncheon

 

Jacques-Pelissard-Inauguration-jardin-coréen-septembre-2013-Visite-maire-Suncheon

> Jacques Pelissard accueille une délégation de maires du Chili

Jacques-Pelissard-Maires-Chili-5-Septembre-2013Jacques Pélissard a accueilli à Lons-le-Saunier, en tant que président de l'AMF, une délégation de l'Association des maires du Chili, emmenée par le maire de Maipu (800 000 habitants), Christian Vittori. Ils ont tenu à venir jusqu'à Lons-le-Saunier afin de se rendre compte de l'excellence environnementale développée ici, une excellence qui répond à des problématiques auxquelles sont confrontés quotidiennement ces élus chiliens. Il leur a fait visiter l'usine d'incinération du Sydom du Jura, puis la cuisine centrale, tout en insistant sur l'extrême importance d'aborder cette problématique de façon transversale.Jacques-Pelissard-Maires-Chili-Septembre-2013

 

Jacques-Pelissard-Maires-Chili-Septembre-2013

> Devoirs de vacances

Jacques-Pelissard-Visite-Ecoles-2013Comme chaque année, Jacques Pélissard a visité toutes les écoles élémentaires et maternelles de la ville, accompagné par son adjointe aux affaires scolaires. L'occasion pour lui de faire le point, en cette veille de rentrée des élèves, avec les enseignants, sur les achats de matériel et les gros travaux effectués cet été par les services de la Ville.
Pour cette rentrée 2013-2014, la Ville a investi 90 000 € en gros travaux, et près de 16 000 € en matériel, soit environ 30 000 € de plus que pour la rentrée précédente. Les écoles de Lons sont en très bon état, c'est une volonté permanente de la majorité municipale de permettre aux enfants et aux enseignants de travailler dans de bonnes conditions. Il est important pour Jacques Pélissard d'échanger en direct avec les enseignants.
Quant à la réforme sur les rythmes scolaires, la réflexion est déjà engagée avec les élus, et va logiquement se poursuivre dès la semaine prochaine avec les parents d'élèves et les enseignants.

> Les enfants transforment le transformateur !

Jacques-Pelissard-Transformateur-EDF-Franca-Septembre-2013Jacques Pélissard a inauguré la fresque réalisée cet été par les enfants du centre aéré de Montciel. Ils ont redonné vie au vieux transformateur ErDF du haut de la rue Saint-Désiré, dans le cadre de l'opération "L'art s'invite ... ma ville, mon village", organisée par l'association les Francas.
Beaucoup d'enfants étaient là, ainsi que de nombreux riverains. Un geste citoyen et une belle découverte artistique pour nos enfants !

> Lancement de la Charte «Carte sur Table»

Jacques-Pelissard-Carte-sur-table-17-juin-2013Jacques Pélissard a participé lundi 17 juin au lancement de la Charte « Carte sur Table », au restaurant municipal de Lons-le-Saunier. Avec une dizaine de structures publiques volontaires du département (collèges, lycées, centre hospitalier, ...), la Cuisine Centrale s'engage à informer, via une signalétique claire, chaque client sur l'origine des produits utilisés : s'ils sont locaux, s'ils sont "Bio", s'ils sont "faits maison", ou s'ils ont été congelés. Cette charte permet également de mesurer finement la quantité de déchets émis, afin de limiter le gaspillage.

Avec Jacques Lançon (à droite sur la photo), Jacques Pélissard se bat depuis plus de 20 ans pour que la Ville propose une restauration collective de qualité. Un combat de bon sens : chaque jour, ce sont 5000 repas qui sortent de la Cuisine Centrale ! La Ville a d'ailleurs reçu, à l'occasion de ce lancement, la "Fourchette de la structuration de filières d'approvisionnement "Bio et local" : avec 19% des produits répondant à ce double critère, le restaurant municipal de Lons-le-Saunier fait office de référence.

 

Enfin chacun a apprécié le message de soutien de Jean-Pierre Coffe, parrain de cette Charte : "S'il y a véritablement une région qui a été à l'origine du combat [de la restauration collective de qualité], c'est franchement Lons-le-Saunier" a-t-il déclaré.

> La médiathèque plébiscitée par un prix national

Jacques-Pelissard-Concours-National-des-villes-juin-2013Espace communautaire Lons agglomération vient de recevoir le Grand prix national offre jeunesse et enfance à Paris du 3ème concours national des villes pour la médiathèque bibliothèque cinémas du Centre Culturel Communautaire des Cordeliers !
Cela récompense le travail des élus communautaires et des services, particulièrement Emmanuel Marine et toute l'équipe de la médiathèque. Ce prix national illustre notre vision urbanistique et culturelle. Quelle fierté pour notre collectivité !

Voir la vidéo :

 

Jacques-Pelissard-Concours-National-des-villes-juin-2013

Jacques-Pelissard-Concours-National-des-villes-juin-2013

> Jacques Pélissard accueille Bruno Le Maire

Jacques Pélissard a accueilli jeudi à Lons-le-Saunier Bruno Le Maire. Le député de l’Eure, qui fut secrétaire d’Etat aux Affaires européennes et ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Pêche, a effectué un parcours dans le Jura, avant de découvrir, à Lons-le-Saunier, les fleurons de l'industrie agro-alimentaire (Bel à travers une visite de la Maison de la Vache qui Rit, puis Lactalis) .

Jacques-Pelissard-Bruno-Le-Maire-Juraparc-Mai-2013

 

 

 

 

 

En soirée il a animé une réunion publique à Lons-le-Saunier à laquelle ont participé plus de 400 personnes très intéressées par les propos de l'ancien ministre.

Jacques-Pelissard-Bruno-Le-Maire-Juraparc-Mai-2013

> Jacques Pélissard réélu Député du Jura

Jacques-Pelissard-reelu-52,14%-des-suffrages

 

A l'issue du second tour de l'élection législative, Jacques Pélissard a été réélu Député du Jura avec 52,14 % des suffrages.

 

Il a remercié toutes celles et ceux qui lui ont fait confiance en votant pour lui, a tenu à rappeler la campagne digne et sans dénigrement qu'il a conduite aux côtés de Christèle Morbois, sa suppléante.

© 2010-2018 Jacques Pélissard • Tous droits réservés • Webdesign : Recto Verso • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales